La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier La littérature nous sauvera
Le Bâtiment de pierre d’Aslı Erdoğan par Emmanuelle Rodrigues

février 2019 | Le Matricule des Anges n°200

La littérature nous sauvera

Lire n’est pas agir. C’est pourtant s’incorporer une parole autre, la faire sienne. Par la lecture, on découvre une manière d’écrire qui nous ouvre à une compréhension de soi-même et d’autrui. L’écrivain nous fait entendre sa façon peu banale de s’approprier la langue, et nous la rend ainsi partageable. C’est là un engagement qui n’est pas sans conséquence. Il est des écrivains dont la liberté et la vie se trouvent menacées du fait même qu’ils écrivent. Ils témoignent pour ceux qui ne le peuvent pas. Soudain, leurs voix singulières ont une portée universelle.

En lisant Le Bâtiment de pierre d’Aslı Erdoğan, évocation de la terreur de la condition carcérale, la force de son verbe m’est apparue comme cette « arme chargée de futur », ainsi que Rafael Alberti nommait la poésie, cette parole à la fois nécessaire et précaire. Que nous conte Le Bâtiment de pierre ? L’écrivaine turque y met en scène une narratrice, sans doute son alter ego, qui au cœur de cette geôle redoutable se trouve confrontée au martyr de ceux qu’elle voit torturés à mort, au bord de la folie et du suicide : entendre leur chant sourdre de la profondeur de leur souffrance lui intime d’en rendre compte à tout prix. Ce chant-là prend possession d’elle, à travers les murs épais de la prison. La lecture de ce livre s’est imposée à moi comme essentielle, par le courage du propos et l’audace dont Aslı Erdoğan fait ici la preuve : la langue dont l’auteure use lui dicte ce poème de la révolte, et son insatiable soif de justice questionne la nôtre. Vision ou prémonition ? L’écrivaine aura publié son livre en 2009, avant son arrestation en 2016. La fable ici contée est imparable : la poésie ne peut advenir sans engager tout l’être, esprit et corps, c’est tout un. Lecture de soi, d’autrui et du monde qui ne laisse pas indifférent, ceci n’est pas sans rappeler ces mots de Franz Kafka, « dans le combat entre le monde et toi, seconde le monde. »
* Traduit du turc par Jean Descat, Actes Sud, 2013

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°200
7.00 €
LMDA PDF n°200
4.00 €