La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Lire Segalen, c’est courir l’espace, remonter le temps, affronter la réalité sensible, « celle que nous touchons, palpons et dévorons de toutes les dents et de toutes les papilles de nos sens ». C’est s’aventurer dans l’immense continent du Divers, ausculter le corps du monde et découvrir la littérature comme forme de vie. La sienne, de vie, n’aura été qu’une alternance de départs et de retours. Né en janvier 1878, à Brest, il eut une jeunesse marquée par le poids des conventions religieuses et morales. Reçu à l’École de Santé navale, il s’installe à Bordeaux pour des études qui furent aussi celles d’une (...)

    Victor Segalen

  • Nous étions sur la route depuis quelques jours déjà : nous avions dormi à Weimar et, à Buchenwald, en hommage, lu quelques pages de Semprun, puis nous étions passés à Auschwitz et avions arpenté les allées de Birkenau par une pluie glaciale, surprenante en ce mois de juillet caniculaire. Il y avait eu ensuite une halte à Katowice, où j’avais vécu deux ans, en ces années décisives de la chute du communisme, entre 1998 et 1990. Puis la direction du sud-est : nous savions qu’Andrzej Stasiuk habitait par là, dans un de ces trous perdus, entre vieilles églises en bois et villages lemkoviens abandonnés, dans ces (...)

    Andrzej Stasiuk

  • Le 30 septembre 1999, hôtel des Allégories (sic), à Nîmes : un homme écarlate, le visage tordu, yeux révulsés, semble tricoter le néant avec des bâtons de châtaigniers, tout en proférant des poèmes. Puis procède à une installation. Clouant la carcasse d’une volaille au sol, il connecte des électrodes qu’il relie à chaque spectateur et crame le volatile d’un coup de chalumeau. Sa façon à lui de (ré)agir en poète à la torture dite du poulet grillé pratiquée par le dictateur tunisien Ben Ali et ses sbires. Des images, des paroles, de l’engagement, de l’action ! Le 17 mars 2010, médiathèque Émile-Zola, à (...)

    Serge Pey

  • Depuis 1990 et la publication chez P.O.L de Tableau de la Passion, une poignée de lecteurs et lectrices attendent avec impatience l’arrivée dans les librairies d’un nouveau livre de Xavier Bazot. Sans être encore cinq cents, ils étaient plus nombreux après Chronique du cirque dans le désert paru cinq ans plus tard au Serpent à plumes. L’année suivante le même éditeur proposait Un fraisier pour dimanche : une grande voix de la littérature française était née. Ce court roman étonnant, à la langue singulière et puissante, venue du plus profond des bibliothèques, portée par un univers baroque et banal à la (...)

    Xavier Bazot

  • Ce n’est pas parce qu’il est grand qu’il a le verbe haut. C’est plutôt que quelque chose bout en lui, un sang pulsé à un rythme soutenu par un cœur trop gros peut-être… L’homme est attachant, qui porte en lui une adolescence irrépressible. Avec sa chevelure de guitariste de heavy metal, ses santiags qui furent un temps son emblème, il véhicule cette étiquette d’écrivain rocker difficile à enlever. Qui ne représente en rien Erwan Larher. S’il donne l’apparence d’une grande aisance à parler en public (on l’a vu dans quelques festivals), l’assurance affichée est parfois une manière de combattre sinon la (...)

    Erwan Larher

Notre sélection

Domaine français Mustapha Benfodil

Alger, journal intense Editions Macula
2019
Un astrophysicien se tue dans un accident de voiture en laissant un journal intime. Radiographie d’une Algérie troublée. Spécialistes des questions esthétiques, les éditions Macula ne nous avaient pas préparés à une telle incursion sur les terres de la fiction. Au cœur de son catalogue, tout à côté de Giorgio Agamben, Leon Battista Alberti, Kevin Salatino (Art incendiaire) ou des essais de Strindberg sur le théâtre, l’Algérien Mustapha Benfodil rejoint Pasolini ou Hanns Zischler avec un livre qui, étonnement,...
Éric Dussert
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208

Domaine étranger Martha Gellhorn

Le Monde sur le vif Editions Sonneur
2019
De l’Amérique du New Deal au Cuba des années 80, Martha Gellhorn enquête et témoigne, avec une perspicacité sans faille et une admirable humanité. Au terme de son existence – et de ces huit cents pages – Martha Gellhorn essaie, modestement, de « formuler une sorte de conclusion » : « Tout au long de ma vie de reporter, j’ai jeté de tout petits galets dans un très grand lac, et je n’ai aucun moyen de savoir si l’un ou l’autre de ces cailloux a causé la moindre vaguelette. Ce n’est d’ailleurs pas à moi de m’en soucier. Ma responsabilité,...
Thierry Cecille
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208

Poésie Jean-Marie Barnaud

Sous l’imperturbable clarté Editions Gallimard / Poésie
2019
De livre en livre, Jean-Marie Barnaud donne à entendre une poésie au phrasé discret, sans ostentation, voix basse toujours à la recherche d’une joie qui serait une royauté pour tous… À la question qu’Alain Freixe lui pose quant à ce « comment dire » de la poésie, et ce qu’elle peut répondre face aux accidents qui viennent blesser l’existence, Jean-Marie Barnaud (né en Charente-Maritime en 1937) répondait, avec parcimonie et réserve, ceci : « il me semble que le “comment dire” devrait coïncider avec la nécessité de désencombrer la parole des artifices par lesquels parfois...
Emmanuel Laugier
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208

Théâtre Philippe Malone

Bien lotis Editions Espaces 34
2000
De la barre d’immeuble au pavillon de banlieue : Philippe Malone fait du quotidien une épopée urbaine. Ils se sont rencontrés en 1960, mariés en 1961 et installés dans un immeuble de la belle cité radieuse. Eux, ce sont le père et la mère, Gérard et Mathilde, un couple ordinaire de ces années glorieuses qui voient l’urbanisme transformer les villes et l’architecture s’interroger sur les lieux de vie. Ils sont les héros de Bien Lotis. Pour raconter leur vie, Philippe Malone a enquêté en...
Patrick Gay Bellile
juillet 2014
Le Matricule des Anges n°155

Auteurs chroniqués