La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Pour cause de centenaire, il y aura un jour peut-être une plaque de bronze apposée à la façade de l’hôtel Lenox rue Delambre à Paris. On y lira « Gabrielle Wittkop (1920-2002), écrivain, descendait dans cet hôtel. » En vérité, la romancière, essayiste et nouvelliste consentait à poser ses valises à l’hôtel d’Angleterre, rue Jacob, célèbre pour avoir hébergé le jeune Hemingway, lorsque le Lenox se refaisait une beauté. 2020 est aussi le jubilé de l’Allemand Paul Celan (1920-1970) – dont on a négligé de marquer le double centenaire de la naissance et cinquantenaire du décès – et de la Brésilienne Clarice Lispector (...)

    Gabrielle Wittkop

  • Les livres, on ne le hurle pas assez ou à tort, renferment d’ahurissantes boîtes de Pandore. Impossible de trouver meilleure drogue, meilleur ferment de connaissances, meilleur démultiplicateur d’émotions, d’expériences, d’existence(s) que ces contenus libérés, mélange de fictions et de réel qui vibrionnent dans nos têtes, explosent, font évoluer les perceptions, les représentations, les conventions… Il en est ainsi d’Un hiver à Wuhan, difficilement dissociable de Chroniques d’une station-service (Verticales, 2019), deux volets d’un diptyque écrits par un Jedi armé d’un sabre à « haïkus caustiques ». Né (...)

    Alexandre Labruffe

  • C’est une chose peu aisée que de naviguer à même l’œuvre de Claude Louis-Combet. À l’origine figure la trajectoire d’un ascète en devenir, son noviciat rompu et son inclinaison pour les humanités. Un homme discret donc, tout à la fois familier des textes fondateurs des Pères de l’Église et épris de la mystique du 17e siècle. Né en 1932 à Lyon, celui qui allait poser des années plus tard la pierre angulaire de la mythobiographie entre en religion en 1950, chez les Pères du Saint-Esprit. Une formation intellectuelle qui sera celle du tiraillement et de la révélation à l’égard d’Ovide ou de Mircea Eliade, (...)

    Claude Louis-Combet

  • Lire Segalen, c’est courir l’espace, remonter le temps, affronter la réalité sensible, « celle que nous touchons, palpons et dévorons de toutes les dents et de toutes les papilles de nos sens ». C’est s’aventurer dans l’immense continent du Divers, ausculter le corps du monde et découvrir la littérature comme forme de vie. La sienne, de vie, n’aura été qu’une alternance de départs et de retours. Né en janvier 1878, à Brest, il eut une jeunesse marquée par le poids des conventions religieuses et morales. Reçu à l’École de Santé navale, il s’installe à Bordeaux pour des études qui furent aussi celles d’une (...)

    Victor Segalen

  • Sur son visage et dans sa voix, Sébastien Lapaque a gardé quelque chose de l’enfance. Son débit de parole très rapide lance les mots à la poursuite d’une pensée en perpétuel mouvement, en perpétuelle transformation (à l’image de ces cumulonimbus filmés en accéléré). Cette enfance que l’homme porte en lui est celle d’une soif de découverte, d’apprentissage, de connaissance. On imagine les encyclopédistes des Lumières déployer cette même énergie sur l’observation et la compréhension de toute chose. Un appétit sans frontières : c’est la littérature qu’il ne cesse d’explorer pour le compte du Figaro littéraire ou (...)

    Sébastien Lapaque

Notre sélection

Domaine français Alain Damasio

Les Furtifs Editions Volte
2019
Cela fait quinze ans qu’on l’attend : l’auteur culte de La Horde du contrevent nous (dé)livre avec Les Furtifs des formes de communautés possibles dans un futur proche de plus en plus univoque et de moins en moins imaginaire. C’était au premier siècle de notre ère ; Ovide refaisait le monde et sa genèse – dans ses vers les nymphes poursuivies devenaient arbrisseaux, racines, oiseaux, Orphée à jamais retrouvait et perdait Eurydice. Cela se passe en 2040 et Alain Damasio ose son propre livre des métamorphoses. « C’est chaud, fourré et doux comme un pelage de chat. Ça frétille tel un colibri. C’est calme et...
Chloé Brendlé
juin 2019
Le Matricule des Anges n°204

Domaine étranger Sergueï Lebedev

Les Hommes d’août Editions Verdier
2019
En Russie, le passé ne passe toujours pas : Sergueï Lebedev, de nouveau, se fait enquêteur têtu et archéologue de son propre pays, en proie aux spectres. Le point de départ du récit est un autre récit, testamentaire : avant de mourir, la grand-mère du narrateur a entrepris de raconter par écrit des épisodes de ce qui se présente alors comme une saga familiale, presque tolstoïenne. Cependant il soupçonne très vite que ces pages dissimulent davantage qu’elles ne dévoilent. « Or, l’ouvrage était achevé, l’argile avait durci, le burin reposait. Il...
Thierry Cecille
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206

Poésie Esther Tellermann

Un versant l’autre Editions Flammarion
2019
Réfractaire aux morales médiocres, la poésie d’Esther Tellermann défait les idéalisations, déplace les croyances, chante, bouche à bouche, plaie à plaie, ce qui lie la parole au monde. Il faudrait pouvoir dire la beauté fractale de la poésie d’Esther Tellermann, son altérité, sa pulsation singulière. Dire ce qu’elle a d’intransigeant dans son tissage d’indices et d’énigmes. Une poésie où quelque chose d’inconnu respire, qui aurait à voir avec ce qui se cache sous le visible. Privilégiant l’os du langage plutôt que sa chair et ses parures, vouée au vers minimal, hiératique,...
Richard Blin
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206

Théâtre Arne Lygre

Nous pour un moment / Moi proche Editions Théâtrales
2020
Dans un monde sans illusion, Arne Lygre déploie un récit semblable à une partie de flipper. Arne Lygre est norvégien. De Bergen plus exactement. Mais le monde qu’il décrit dans ces deux nouvelles pièces n’a rien de géographique. Il aurait plus à voir avec la physique des particules. Celles du monde des atomes, les électrons, les protons, les neutrons qui circulent constamment dans un espace immense et vide, maintenant entre eux un état permanent d’instabilité, se rapprochant ou...
Patrick Gay Bellile
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211

Auteurs chroniqués

Index alphabétique des auteurs

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

O