La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Je suis née après 4 fœtus morts : 3 fausses couches et une grossesse extra-utérine. Son médecin avait dit à ma mère qu’elle n’aurait jamais d’enfants. Elle avait 32 ans et en était désespérée. Elle a changé de médecin, on lui a donné un traitement, et me voilà. » Ce pourrait être une phrase d’un roman, c’est ainsi que Caroline Lamarche répond à nos premières questions. On y entend cette manière d’énoncer crûment les faits et de mettre la vie à la fin d’une phrase débutée par la mort. Née le même mois qu’Ornella Muti et Bruce Willis, Caroline Lamarche est issue de la bourgeoisie industrielle wallonne. « On sait (...)

    Caroline Lamarche

  • Si partir c’est mourir un peu, alors Laird Hunt a dû mourir beaucoup. L’écrivain américain qui fait paraître ce mois-ci son dixième roman en France (le huitième traduit) a conséquemment dû naître plusieurs fois. Par exemple dans l’Indiana vers 1981. Il a alors 13 ou 14 ans et vient vivre jusqu’à la majorité chez celle qui va hanter une partie de son œuvre : sa grand-mère paternelle. À moins que ce ne soit un peu plus tard au Japon que l’écrivain naît. C’est en effet chez les Nippons que sa première nouvelle paraît dans la revue Printed Matter que deux Anglais publiaient à Tokyo dans les années 1980. Les (...)

    Laird Hunt

  • Annie Le Brun en quatre apparitions. Dans la presse, en revue, à la télévision et au cinéma. Celle qui incarne à merveille depuis près de cinquante ans l’électron libre des lettres assume le rôle de repère, en insufflant de la poésie et en carbonisant au feu de sa pensée les médiocrités et lâchetés en vigueur dans les milieux intellectuels et culturels. Elle a rarement varié. Elle n’a jamais perdu de vue ce qu’elle tient pour de la littérature, mais aussi de l’art – le luxe de l’essentiel – et l’horizon que cela ouvre. La toute première fois que son nom est imprimé, c’est le 18 août 1942 dans les pages de (...)

    Annie Le Brun

  • Qui était Monique Wittig ? Ses amies la décrivent comme discrète, douce, à l’écoute, drôle. Célébrée en manifestation, citée sur des pancartes ou des tote bags, reconnue en tant que figure lesbienne et féministe radicale à l’origine de la fameuse sentence « les lesbiennes ne sont pas des femmes », l’énigmatique Monique Wittig reste aujourd’hui méconnue en France en tant qu’« écrivain » – et non écrivaine, puisqu’elle tenait à ce que l’écriture soit le lieu d’une liberté inédite, celle de l’absence de genre. Pourtant, l’œuvre de cette autrice, militante, théoricienne, traductrice et scénariste est considérée comme un (...)

    Monique Wittig

  • À quoi reconnaît-on qu’un écrivain contemporain devient un classique ? À la parution d’inédits, de nouvelles traductions, à la réédition d’un même livre sous un autre titre : ainsi d’Aventures d’Italo Calvino récemment recyclé par Folio à trois mots près sous son titre original Les Amours difficiles (Gli amori difficili). S’agissant de Calvino, ces événements éditoriaux à l’occasion du centenaire de sa naissance le confirment comme un « écrivain populaire » en France. Son œuvre de fiction comprend même des livres pour le rayon « Jeunesse » : les Contes italiens, Romarine, ou Forêt, racine, labyrinthe, à lire aux (...)

    Italo Calvino

Notre sélection

Domaine français Jane Sautière

Corps flottants Editions Verticales
2022
À travers l’évocation de son adolescence au Cambodge, Jane Sautière retrace les moments décisifs de son propre destin. Et met en lumière une part de l’histoire de ce pays meurtri. Jane Sautière nous embarque ici dans un voyage de la remémoration qui nous saisit par sa grâce et sa gravité. Malgré la « faillite de la mémoire », et la honte liée au fait de vieillir, l’écrivaine n’en demeure pas moins toujours requise par « l’étonnement de ce qui survit ». De sa plume alerte, elle cisèle les plus justes formules pour évoquer tous ceux et celles qui telles des silhouettes...
Emmanuelle Rodrigues
septembre 2022
Le Matricule des Anges n°236

Domaine étranger Shelby Foote

Bart le magnifique Editions Rue d'Ulm
2022
Puissant, prégnant, pathétique, le premier roman de Shelby Foote (1916-2005), salué par William Faulkner, est enfin traduit. Les temps changent, les valeurs et les insultes aussi. Faut-il recontextualiser et filtrer les œuvres littéraires au risque de les altérer ? Les éditions Autrement ont pris la décision de supprimer ou de réduire le qualificatif de « nègre » dans la réédition d’un roman de Joseph Conrad. Qu’en sera-t-il des termes de « youtre » ou « youpin » chez Céline ? Quant à la guerre de Sécession, à...
Dominique Aussenac
juin 2022
Le Matricule des Anges n°234

Poésie Eva Strittmatter

Du silence je fais une chanson Editions Cheyne
2011
L’Allemande Eva Strittmatter écrit une œuvre au chant minimal, dont le lyrisme, retenu, livre une poésie souvent bouleversante. Du silence je fais une chanson, titre que porte l’ensemble des premières traductions proposées ici de l’œuvre d’Eva Strittmatter, sonne, une fois traversé le choix fait sur cinq livres écrits entre 1973 et 1988, d’une incomparable justesse. Tout semble, dans la prosodie que cette poésie élabore, se tenir dans l’entre-deux d’un Lied tendu de sobriété, gagné par de légers refrains, et cette...
Emmanuel Laugier
septembre 2011
Le Matricule des Anges n°126

Théâtre Charles Robinson

J’accepte Editions Espaces 34
2023
La première pièce du romancier Charles Robinson expose en cinq textes cinglants et caustiques l’addiction de l’homme pour le numérique. Et sa perte annoncée. Ce sont comme des éclats d’un état de l’humanité saisie à travers la lumière des ordinateurs, des digicodes, des portables, dans la solitude où les réseaux sociaux laissent leurs utilisateurs que propose J’accepte, la première pièce de Charles Robinson. Textes elliptiques autant qu’électriques, issus d’un travail de plateau avec les comédiens et comédiennes qui transcrivent un état de...
Thierry Guichard
mai 2023
Le Matricule des Anges n°243

Auteurs chroniqués

Index alphabétique des auteurs

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

O