La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Ce sont d’abord des chants d’oiseaux qu’on entend, au loin. Puis les cordes graves d’un violon qui étirent l’espace sonore. Quelques secondes plus tard, la voix, reconnaissable entre toutes, récite : « Non de Vénus les ardentes étincelles/ Et moins les traits desquels Cupido tire,/ Mais bien les morts qu’en moi tu renouvelles/ je t’ai voulu en cette œuvre décrire. » C’est Délie le grand œuvre de Maurice Scève publié en 1544 dont l’écrivain et musicien Emmanuel Tugny vient d’extraire, pour les mettre en musique, seize poèmes, des 449 dizains du recueil (Délie objet de plus haute vertu, Emmanuel Tugny, Boom (...)

    Christian Prigent

  • Tout film des Marx Brothers est un long rêve éveillé. Un rêve improbable… Un rêve qui coïncide avec la fin du cinéma muet et le début du parlant. Cinq à l’origine, Groucho, Harpo, Chico, Zeppo et Gummo, les deux derniers quittèrent la troupe rapidement. Leur père était un tailleur juif né à Mertzviller en Alsace, leur mère, d’origine allemande, issue du monde du spectacle. Harpo, acteur toujours muet gesticule de manière outrancière, alterne grimaces et sifflements. Arborant une perruque bouclée sous un haut-de-forme, ceint d’un imper contenant des objets hétéroclites qu’il tend à tout bout de champ, il (...)

    Fabio Viscogliosi

  • On est loin du village de Montblanc (Hérault) où se déroulait La Mer c’est pas grand-chose (P.O.L, 2016), loin aussi des manchots empereurs de La Fonte des glaces (P.O.L, 2017). L’Arbre d’obéissance qui paraît cette année, se situe pour l’essentiel dans un désert écrasé de chaleur, abandonné de Dieu si Dieu a jamais existé. Quelques villages de misérables éleveurs sont disséminés à ses abords, quelques ruines témoignent de l’aridité des lieux que ponctue un monastère où « accueillir » ne se décline à aucun temps. C’est là que veut se rendre l’adolescent Théodoret, au grand dam de son père qui le bat pour lui (...)

    Joël Baqué

  • Il est des écrivains dont le nom s’échange aux porches des librairies dans une sorte d’enthousiasme fiévreux qui voudrait que l’interlocuteur auquel on offre ce sésame se précipite illico sur les livres du susnommé. D’évidence Mika Biermann en fait partie. Depuis la parution en 2013 de son roman Un blanc qui évoque une tragicomique expédition en Antarctique, les livres du plus marseillais des Allemands (ou l’inverse) sont guettés par quelques centaines de lecteurs qui saluent l’inventivité décomplexée d’un écrivain dont les romans surprennent à chaque fois. L’homme est un conteur. Pas seulement par (...)

    Mika Biermann

  • Bien connue des Services de bibliographie, la romancière Anne Serre a surpris souventes fois ses lectrices et lecteurs. À l’occasion de la parution de Petite table, sois mise ! (Verdier, 2012), par exemple, un très beau livre libre, parfois qualifié de fantaisie érotique. Cette année, elle récidive en produisant, toujours avec la même fraîche et désinvolte liberté, un objet littéraire « décalibré », si l’on peut dire, pour concasser les conventions. Et, apparemment, Anne Serre a de plus en plus de mal à respecter tout ce qui serait conventionnel. Sa Grande tiqueté, déambulation gyrovague de trois vagabonds (...)

    Anne Serre

Notre sélection

Domaine français Pierre Barrault

Clonck et ses dysfonctionnements Editions Louise Bottu
2018
Dans un récit fragmentaire et paradoxalement exhaustif, Pierre Barrault tente d’épuiser les possibilités poétiques et métaphysiques de l’absurde. Dans ce livre réjouissant, plein de surprises jamais vaines, qui fait de l’humour une arme létale contre le cliché, la couleur est vite annoncée (elle n’en mute pas moins constamment). Dès la première scène, par exemple, où les personnages franchissent un mur sans même l’avoir vu (s’ils en avaient remarqué l’existence, tout eût sans doute été fort différent). Ou, sans aller plus loin, dès le...
Guillaume Contré
mai 2018
Le Matricule des Anges n°193

Domaine étranger Matthew Neill Null

Le Miel du lion Editions Albin Michel
2018
Roman âpre et lyrique, situé au cœur des Appalaches, Le Miel du lion est aussi un réquisitoire contre l’Amérique capitaliste. Beauté de la prose et descriptions saisissantes »… c’est une citation de Ron Rash qui accompagne la quatrième de couverture du premier roman de Matthew Neill Null, et ce n’est sans doute pas un hasard, tant on peut effectuer quelques parallèles entre les deux auteurs, notamment avec Serena (de Rash) qui, tout comme Le Miel du lion, situe son histoire au cœur des grandes forêts américaines et...
Lionel Destremau
juin 2018
Le Matricule des Anges n°194

Poésie Pierre Vinclair

Le Cours des choses Editions Flammarion
2018
Avec Le Cours des choses, Pierre Vinclair poursuit l’exploration du présent en confrontant une Chine mondialisée à ses propres gouffres intérieurs. Ce qui est vivant, dans mon travail, c’est ce qui n’en finit pas – c’est très banal ce que je dis là. Les gens n’écrivent pas des livres, ils cherchent quelque chose. » C’est ainsi qu’interviewé par Matthieu Gosztola, Pierre Vinclair définissait son travail en 2012 et il aurait pu ajouter qu’au cœur de cette esthétique du work in progress se posait aussi la question des genres dont les...
Christine Plantec
juin 2018
Le Matricule des Anges n°194

Théâtre Bernard Souviraa

Ce tango poignardé Editions Quartett
2018
La petite vie tranquille de deux retraités, imaginée par Bernard Souviraa, cache des désirs secrets et des rêves inavoués. Au début de l’histoire, ils sont deux : Paul et Rose. Ils forment un couple de retraités ordinaires dans une petite ville de province. L’usine est le seul pôle d’activité de la commune. Une commune laide, si laide. Paul a travaillé toute sa vie, à l’usine, « ce bloc sale au milieu de rien ». La fin de l’histoire pour eux approche, et le bilan est amer : ils ont travaillé, milité, discuté,...
Patrick Gay Bellile
mars 2019
Le Matricule des Anges n°201

Auteurs chroniqués