La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Lire Segalen, c’est courir l’espace, remonter le temps, affronter la réalité sensible, « celle que nous touchons, palpons et dévorons de toutes les dents et de toutes les papilles de nos sens ». C’est s’aventurer dans l’immense continent du Divers, ausculter le corps du monde et découvrir la littérature comme forme de vie. La sienne, de vie, n’aura été qu’une alternance de départs et de retours. Né en janvier 1878, à Brest, il eut une jeunesse marquée par le poids des conventions religieuses et morales. Reçu à l’École de Santé navale, il s’installe à Bordeaux pour des études qui furent aussi celles d’une (...)

    Victor Segalen

  • Pour cause de centenaire, il y aura un jour peut-être une plaque de bronze apposée à la façade de l’hôtel Lenox rue Delambre à Paris. On y lira « Gabrielle Wittkop (1920-2002), écrivain, descendait dans cet hôtel. » En vérité, la romancière, essayiste et nouvelliste consentait à poser ses valises à l’hôtel d’Angleterre, rue Jacob, célèbre pour avoir hébergé le jeune Hemingway, lorsque le Lenox se refaisait une beauté. 2020 est aussi le jubilé de l’Allemand Paul Celan (1920-1970) – dont on a négligé de marquer le double centenaire de la naissance et cinquantenaire du décès – et de la Brésilienne Clarice Lispector (...)

    Gabrielle Wittkop

  • Les livres, on ne le hurle pas assez ou à tort, renferment d’ahurissantes boîtes de Pandore. Impossible de trouver meilleure drogue, meilleur ferment de connaissances, meilleur démultiplicateur d’émotions, d’expériences, d’existence(s) que ces contenus libérés, mélange de fictions et de réel qui vibrionnent dans nos têtes, explosent, font évoluer les perceptions, les représentations, les conventions… Il en est ainsi d’Un hiver à Wuhan, difficilement dissociable de Chroniques d’une station-service (Verticales, 2019), deux volets d’un diptyque écrits par un Jedi armé d’un sabre à « haïkus caustiques ». Né (...)

    Alexandre Labruffe

  • Sur son visage et dans sa voix, Sébastien Lapaque a gardé quelque chose de l’enfance. Son débit de parole très rapide lance les mots à la poursuite d’une pensée en perpétuel mouvement, en perpétuelle transformation (à l’image de ces cumulonimbus filmés en accéléré). Cette enfance que l’homme porte en lui est celle d’une soif de découverte, d’apprentissage, de connaissance. On imagine les encyclopédistes des Lumières déployer cette même énergie sur l’observation et la compréhension de toute chose. Un appétit sans frontières : c’est la littérature qu’il ne cesse d’explorer pour le compte du Figaro littéraire ou (...)

    Sébastien Lapaque

  • C’est une chose peu aisée que de naviguer à même l’œuvre de Claude Louis-Combet. À l’origine figure la trajectoire d’un ascète en devenir, son noviciat rompu et son inclinaison pour les humanités. Un homme discret donc, tout à la fois familier des textes fondateurs des Pères de l’Église et épris de la mystique du 17e siècle. Né en 1932 à Lyon, celui qui allait poser des années plus tard la pierre angulaire de la mythobiographie entre en religion en 1950, chez les Pères du Saint-Esprit. Une formation intellectuelle qui sera celle du tiraillement et de la révélation à l’égard d’Ovide ou de Mircea Eliade, (...)

    Claude Louis-Combet

Notre sélection

Domaine français Bruno Gibert

Les Forçats Editions Olivier
2019
Autour d’une délicate évocation d’Édouard Levé et de leurs années communes d’aspirants artistes, Bruno Gibert déploie avec Les Forçats une belle réflexion sur l’art, l’échec et la liberté. C’est une histoire d’amitié, celle de deux enfants de la petite et grande bourgeoisie qu’unissait une même aspiration : devenir artiste. C’est une histoire de tâtonnements, de projets compilés tel « un bloc de possibilités » (Levé, Suicide), de toiles brûlées. D’errances et de déambulations dans le Paris des années 1990, des Batignolles jusqu’au Marais, asphalte arpenté le regard avide –...
Valérie Nigdélian
mai 2019
Le Matricule des Anges n°203

Domaine étranger Edogawa Ranpo

Un amour inhumain Editions Wombat
2019
Six nouvelles inédites soulignent le talent morbide du maître japonais Edogawa Ranpo. Qui n’aurait jamais eu l’occasion de lire Edogawa Ranpo dans ses grandes œuvres – Le Démon de l’île solitaire (Wombat, 2015), La Bête aveugle (Philippe Picquier, 1992) ou Le Lézard noir (id., 1993) – aura tout loisir de vautrer dans l’addiction avec Un amour inhumain et autres histoires étranges. Ce sont six nouvelles et novellas inédites du maître du fantastique japonais « ero-guro »,...
Éric Dussert
mai 2019
Le Matricule des Anges n°203

Poésie Leonardo Sinisgalli

Au pas inégal des jours Editions La Coopérative
2019
Incomparable scrutateur de la mémoire, Leonardo Sinisgalli (1908-1981) rappelle combien il faut payer son enfance d’années de solitude pour dessiner un cercle dont nous parviendrions à sentir le contour. Dans L’Âge de la lune (2007), Sinisgalli, élégiaque comme Sandro Penna sut l’être, écrivait : « Il reste peu de phrases,/les plus honteuses ont le goût/des ongles dans la bouche./Il reste dans la vie cette chaleur/qui nous suffoque, le temps/insensé entre deux étés  ». On pourrait appliquer à cet ensemble de quasi-poèmes en prose que sont les textes d’Au pas inégal des jours, écrit dans le...
Emmanuel Laugier
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206

Théâtre Laurent Gaudé

Nous, l’Europe : banquet des peuples Editions Actes Sud
2019
L’Europe n’en finit pas de naître d’un chaudron toujours bouillonnant. Laurent Gaudé nous met au banquet des peuples. Il y a chez Laurent Gaudé, dans les thèmes, dans les rythmes, dans la forme, dans les mots qu’il choisit, livre après livre, ce talent de nous emporter, de nous raconter des histoires, de faire qu’une fois ouvert le livre nous allons jusqu’au bout, jusqu’à la fin du livre qui n’est pas toujours la fin de l’histoire. Nous, l’Europe est un constat, un bilan, une épopée, un rêve et un espoir....
Patrick Gay Bellile
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206

Auteurs chroniqués