La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Tout film des Marx Brothers est un long rêve éveillé. Un rêve improbable… Un rêve qui coïncide avec la fin du cinéma muet et le début du parlant. Cinq à l’origine, Groucho, Harpo, Chico, Zeppo et Gummo, les deux derniers quittèrent la troupe rapidement. Leur père était un tailleur juif né à Mertzviller en Alsace, leur mère, d’origine allemande, issue du monde du spectacle. Harpo, acteur toujours muet gesticule de manière outrancière, alterne grimaces et sifflements. Arborant une perruque bouclée sous un haut-de-forme, ceint d’un imper contenant des objets hétéroclites qu’il tend à tout bout de champ, il (...)

    Fabio Viscogliosi

  • Toute lecture digne de ce nom se doit d’être absorbante et voluptueuse. Nous devons dévorer le livre que nous lisons, être captivé par lui, arraché à nous-mêmes, et puis sortir de là l’esprit en feu, incapable de dormir ou de rassembler ses idées, emporté dans un tourbillon d’images animées, comme brassées dans un kaléidoscope. » Ces propos de Stevenson, qui ouvrent son essai À bâtons rompus sur le roman – paru en 1882, alors que s’achevait la publication en feuilleton de L’Île au trésor –, tiennent de la profession de foi. Raconter, pour lui, ce n’est pas seulement emporter son lecteur dans un flux de (...)

    Robert Louis Stevenson

  • Pour l’avoir rencontré à la dernière (en date) édition du festival Écrivains en bord de mer, on savait l’homme assez réservé, humble dans sa manière de plus écouter que parler. Avec sa gueule de héros de série américaine, sa casquette vissée sur un crâne ras, Pierre Vinclair dégage beaucoup de douceur dans sa voix et un appétit insatiable pour les discussions autour de la création. Très désireux des questions qu’on pouvait lui poser comme si elles étaient en soi un geste fraternel, l’écrivain, invité d’abord par la Maison de la poésie de Nantes, puis par les organisateurs du festival baulois, revenait juste (...)

    Pierre Vinclair

  • Hélène Bessette répétait à ses enfants qu’elle serait « connue trente ou cinquante ans » après sa mort. Heureusement pour elle, la postérité s’est montrée moins ingrate : son retour à la lumière s’est fait six ans après sa disparition, mais entre la parution d’Ida ou le délire, son dernier roman publié par Gallimard en 1973, et la publication du Bonheur de la nuit par Laure Limongi aux éditions Léo Scheer en 2006, son œuvre aura connu une longue éclipse. Une œuvre certes située loin des goûts de l’époque, refusant tout conformisme, à la fois radicale et exigeante, méprisant les conventions romanesques, bafouant (...)

    Hélène Bessette

  • Il est des écrivains dont le nom s’échange aux porches des librairies dans une sorte d’enthousiasme fiévreux qui voudrait que l’interlocuteur auquel on offre ce sésame se précipite illico sur les livres du susnommé. D’évidence Mika Biermann en fait partie. Depuis la parution en 2013 de son roman Un blanc qui évoque une tragicomique expédition en Antarctique, les livres du plus marseillais des Allemands (ou l’inverse) sont guettés par quelques centaines de lecteurs qui saluent l’inventivité décomplexée d’un écrivain dont les romans surprennent à chaque fois. L’homme est un conteur. Pas seulement par (...)

    Mika Biermann

Notre sélection

Domaine français Claire Genoux

Lynx Editions Corti
2018
Il ne connaît rien aux mots, elle écrit pour accueillir ce qui se dérobe. Lynx, ou le récit d’une tentative de libération. Coupé de silences, troué d’incertitude, tout en effets de vibrations immobiles, le deuxième roman de Claire Genoux, poétesse qui vit en Suisse où elle est née en 1971. Baigné d’une sourde violence, il donne l’impression de s’inscrire tout entier au sein de la mystérieuse distance qui sépare l’écho du cri. Une forêt, un fleuve, une maison d’enfance au milieu des bois, les bruits de la nuit et...
Richard Blin
octobre 2018
Le Matricule des Anges n°197

Domaine étranger Marco Balzano

Je reste ici Editions Philippe Rey
2018
Comment noyer terres et cœurs avec un barrage, c’est ce que dépeint le superbe et crépusculaire nouvel opus de l’écrivain italien Marco Balzano. Dans les romans de ce tout juste quadra, natif de Milan, les protagonistes marchent beaucoup, émigrent, fuient la misère (Prêts à tous les départs, La Fosse aux ours, 2015 ; Le Dernier arrivé, Philippe Rey, 2017). Si Je reste ici évoque une renonciation, la mistoufle n’en demeure pas moins omniprésente et les pérégrinations tout aussi incessantes. Anciennement autrichienne, la région...
Dominique Aussenac
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Poésie Jean Sénac

Œuvres poétiques Editions Actes Sud
2019
La réédition des œuvres de Jean Sénac donne à entendre la voix enfiévrée d’un poète que sa quête inapaisée des corps et de la fraternité conduisit au sacrifice. Il ressemblait à Verlaine, avait élu le chardon comme sa fleur préférée, et rêvait de mêler la chair et la politique. D’origine française, poète pied-noir revendiquant l’identité algérienne, Jean Sénac est allé vers son destin avec le panache d’un héros sacrificiel. Né en 1926 à Béni-Saf, près d’Oran, d’une mère d’origine espagnole et de père inconnu – une naissance bâtarde qui imprégnera...
Richard Blin
mars 2019
Le Matricule des Anges n°201

Théâtre Angélica Liddell

Ecrits 2003-2014 Editions Solitaires intempestifs
2019
Chez la performeuse espagnole Angélica Liddell, l’incandescence des mots dit la brûlure du corps. Les Solitaires intempestifs publient un ensemble d’œuvres écrites par Angélica Liddell entre 2003 et 2014 ; certaines déjà publiées précédemment, d’autres inédites. Il est plus habituel d’entendre parler des performances scéniques d’Angélica Liddell que de ses textes. La performeuse espagnole a le goût des images fortes, et les installe sur scène sans retenue ni modération ; à tel point que...
Patrick Gay Bellile
février 2019
Le Matricule des Anges n°200

Auteurs chroniqués