La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Depuis la parution de Corniche Kennedy, il y a deux ans, son nom s’inscrit au programme de nombreux festivals ou rencontres littéraires. Maylis de Kerangal y apporte le témoignage heureux d’une activité – l’écriture, la littérature – dont l’exploration ne cesse de l’enthousiasmer. Publiée pour la première fois (en tant que romancière), il y a tout juste dix ans, son parcours romanesque ressemble à un jeu d’arcades où chaque parution symboliserait le passage à un niveau supérieur. Accompagnée depuis le début par le même éditeur (Verticales) et rejointe en cours de partie par ses acolytes de la revue (...)

    Maylis de Kerangal

  • Un jeune ethnologue décroche un CDD de trois mois pour réaliser une sorte d’audit sur la cité HLM des Pigeonniers sise dans une Ville Nouvelle. Le quartier est promis à une rénovation dont la première étape sera paradoxalement sa démolition. Charles (c’est le nom de notre héros sans silhouette) est choisi car il est banlieusard, ce qui était une condition nécessaire pour pénétrer l’âme kaléidoscopique des lieux. Le nouveau roman de Charles Robinson nous plonge dans les Cités (il y met une majuscule) aussi vite qu’une noisette de beurre filerait sur une poêle brûlante. La phrase va vite, court d’une vie (...)

    Charles Robinson

  • Chez Bolaño, le pire n’est jamais sûr. Son œuvre est pleine d’asiles et d’hôpitaux, de lunatiques et de marginaux, d’ombres chinoises inquiétantes. Des putes des poètes des allumés des spadassins des tristes sires : rien qui les distingue, à première vue, des personnages du Gabriel García Márquez des Mémoires de mes putains tristes ou de Cent ans de solitude. L’Amérique latine de Bolaño ressemble pourtant plus à un cauchemar dont ses personnages essaient de se réveiller, qu’à l’utopique et pittoresque Macondo colombien de Márquez où finit toujours par triompher la fureur d’exister. Les romans et les (...)

    Roberto Bolaño

  • J’ai découvert Nizan sur le tard, à trente ans passés, dans les années soixante-dix. Stupeur, colère. Ainsi, j’avais pu faire mes études de lettres sans avoir rien lu de Nizan ? Plus tard, commencer d’écrire sans soupçonner l’existence des Chiens de garde, d’Antoine Bloyé ? Belle occultation (…). Rien n’effacerait l’absence de Nizan dans mes années de formation. Il y a des fraternités si fortes qu’on regrette toujours qu’elles n’aient pas commencé plus tôt. Fraternité, non pas complicité ou connivence (…). La fraternité est d’un autre ordre. C’est la rencontre dans quelqu’un d’autre de ses propres (...)

    Paul Nizan

  • Un exégèse de la fin du troisième millénaire déterminera peut-être un jour ceux qui parmi les différents « je » qui mènent la narration de ses livres se rapportent directement à François Beaune et lesquels à d’autres personnes rencontrées au cours de sa vie. Pour l’heure, on peut mettre le nez dans La Lune dans le puits, sous-titré « histoires vraies de Méditerranée » en quête des « je » en italique, qui, contrat de véracité oblige, donnent quelques fragments biographiques de l’auteur d’Une vie de Gérard en Occident. Pour le reste, le romancier est avare de confessions, pour ce qui concerne ses écrits. Il aime celles (...)

    François Beaune

Notre sélection

Domaine français Philippe Rahmy

Pardon pour l’Amérique Editions Table ronde
2018
Philippe Rahmy a parcouru le pays de Donald Trump pour y rencontrer les oubliés d’un système impitoyable. Lauréat de nombreux prix littéraires, Philippe Rahmy est décédé en octobre 2017, à l’âge de 52 ans. Atteint de la maladie de verre qui l’a cloué dans un fauteuil roulant, Philippe Rahmy ne s’est cependant jamais résigné et a toute sa vie tenté de se défaire de son carcan de douleur en voyageant à travers le monde et en écrivant. Comme il le confie ici, c’est « au moyen du langage » qu’il a...
Eric Bonnargent
novembre 2018
Le Matricule des Anges n°198

Domaine étranger Carys Davies

West Editions Seuil
2019
Entre quête paléontologique et aventure intérieure d’une enfant, Carys Davies signe un roman historique attachant. La découverte du continent américain ne se limite pas à une histoire de cow-boys et d’Indiens, où le Far-West voit s’affronter le mal sauvage et le bien colonisateur, en un manichéisme suranné. Carys Davies renouvelle largement le genre avec ce modeste roman, qui cependant a le mérite d’ouvrir plusieurs pistes de lecture. Plutôt qu’une conquête, guerrière et territoriale, John Cyrus Bellman,...
Thierry Guinhut
janvier 2019
Le Matricule des Anges n°199

Poésie Jean-Claude Caër

Devant la mer d’Okhotsk Editions Bruit du temps
2018
Le troisième opus de Jean-Claude Caër file vers l’empire des signes, rêve d’une mère disparue, parmi toute une nasse de réalités multiples et fuyantes. Dans La Ballade de Narayama, la tradition ubasute pratiquée dans les provinces centrales de Shinano veut que leurs habitants, une fois atteint l’âge de 70 ans, se rendent, aidés par un fils, dans la montagne de Narayama pour y mourir. Jean-Claude Caër, dans son nouveau livre Devant la mer d’Okhotsk, fait un peu le même trajet : il se rendit sur l’île d’Hokkaido pour y faire mourir en lui sa...
Emmanuel Laugier
novembre 2018
Le Matricule des Anges n°198

Théâtre Elemawusi Agbedjidji

Transe-maître(s) Editions Théâtrales
2019
Arme au service de la colonisation, la langue est aussi un moyen de libération. Tout commence par un prologue au cours duquel on assiste très modestement à la création du monde, « Dieu s’étant ennuyé toute l’éternité ». Il en profite pour créer aussi un gouvernement dans lequel on retrouve Bismarck au Partage des terres et Jules Ferry à l’Enseignement national. Et parmi les recommandations formulées par le créateur auprès de ceux qui vont le servir, la plus importante...
Patrick Gay Bellile
avril 2019
Le Matricule des Anges n°202

Auteurs chroniqués

Index alphabétique des auteurs

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A