La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • En août 2005, la rentrée littéraire nous avait conduits du côté d’Asnières et de Bécon-les-Bruyères sur les traces des personnages de La Serveuse était nouvelle qui paraissait, dix ans après le premier livre de son auteur, Dominique Fabre. En dix ans, l’homme avait publié sept romans, où deux voies se dessinaient. Celle de l’adulte, piéton des Hauts-de-Seine et de Paris (Moi aussi un jour j’irai loin ou Mon quartier), celle de l’enfant, Edgar, qui donnait à deux romans, Ma vie d’Edgar et Fantômes une émotion brute, poignante et fragile. Il nous avait semblé que La Serveuse était nouvelle était un fort (...)

    Dominique Fabre

  • Annie Le Brun en quatre apparitions. Dans la presse, en revue, à la télévision et au cinéma. Celle qui incarne à merveille depuis près de cinquante ans l’électron libre des lettres assume le rôle de repère, en insufflant de la poésie et en carbonisant au feu de sa pensée les médiocrités et lâchetés en vigueur dans les milieux intellectuels et culturels. Elle a rarement varié. Elle n’a jamais perdu de vue ce qu’elle tient pour de la littérature, mais aussi de l’art – le luxe de l’essentiel – et l’horizon que cela ouvre. La toute première fois que son nom est imprimé, c’est le 18 août 1942 dans les pages de (...)

    Annie Le Brun

  • Si partir c’est mourir un peu, alors Laird Hunt a dû mourir beaucoup. L’écrivain américain qui fait paraître ce mois-ci son dixième roman en France (le huitième traduit) a conséquemment dû naître plusieurs fois. Par exemple dans l’Indiana vers 1981. Il a alors 13 ou 14 ans et vient vivre jusqu’à la majorité chez celle qui va hanter une partie de son œuvre : sa grand-mère paternelle. À moins que ce ne soit un peu plus tard au Japon que l’écrivain naît. C’est en effet chez les Nippons que sa première nouvelle paraît dans la revue Printed Matter que deux Anglais publiaient à Tokyo dans les années 1980. Les (...)

    Laird Hunt

  • À quoi reconnaît-on qu’un écrivain contemporain devient un classique ? À la parution d’inédits, de nouvelles traductions, à la réédition d’un même livre sous un autre titre : ainsi d’Aventures d’Italo Calvino récemment recyclé par Folio à trois mots près sous son titre original Les Amours difficiles (Gli amori difficili). S’agissant de Calvino, ces événements éditoriaux à l’occasion du centenaire de sa naissance le confirment comme un « écrivain populaire » en France. Son œuvre de fiction comprend même des livres pour le rayon « Jeunesse » : les Contes italiens, Romarine, ou Forêt, racine, labyrinthe, à lire aux (...)

    Italo Calvino

  • Je suis née après 4 fœtus morts : 3 fausses couches et une grossesse extra-utérine. Son médecin avait dit à ma mère qu’elle n’aurait jamais d’enfants. Elle avait 32 ans et en était désespérée. Elle a changé de médecin, on lui a donné un traitement, et me voilà. » Ce pourrait être une phrase d’un roman, c’est ainsi que Caroline Lamarche répond à nos premières questions. On y entend cette manière d’énoncer crûment les faits et de mettre la vie à la fin d’une phrase débutée par la mort. Née le même mois qu’Ornella Muti et Bruce Willis, Caroline Lamarche est issue de la bourgeoisie industrielle wallonne. « On sait (...)

    Caroline Lamarche

Notre sélection

Domaine français Anton Beraber

Braves d’après Editions Gallimard
2022
Les deux nouveaux romans d’Anton Beraber donnent à lire bord à bord la grande langue dans sa bravoure. Coup double. On attend toujours au tournant l’auteur d’un premier livre encensé. Quatre ans après La Grande Idée, qui reçut le prix Valery-Larbaud, Anton Beraber sort enfin du bois avec non pas un mais deux seconds romans, Braves d’après et Celles d’Hébert. Tout comme chez Céline, Cingria ou Michon, la grande affaire de l’écrivain reste la phrase : travail d’atelier, exemplairement artisanal, où se rabote...
Jérôme Delclos
mai 2022
Le Matricule des Anges n°233

Domaine étranger Jukka Viikilä

Les Aquarelles de l’architecte Engel Editions Gallimard
2022
Journal intime fictionnel de l’architecte allemand qui créa la capitale finlandaise au début du XIXe siècle, le sensible roman de Jukka Viikila entrelace destins de ville et d’homme. Dans ce roman qui a valu à l’auteur le prix le plus prestigieux de Finlande, il y a d’abord l’histoire d’une domination peu discutée chez nous. Élément exogène, l’Allemand Carl Ludvig Engel conçoit les églises, écoles, prisons, phares qu’il dessine pour ce qui était alors un grand-duché russe comme « les feuilles d’un arbre immense, l’arbre du tsar ». On y parle allemand et suédois dans les...
Feya Dervitsiotis
mai 2022
Le Matricule des Anges n°233

Poésie Sandro Penna

Un peu de fièvre Editions Ypsilon éditeur
2022
Nouvelle traduction du seul livre de prose de l’immense poète Sandro Penna, récit de ses amours homosexuels comme de ses errances sensuelles. Écrites pour la plupart entre 1939 et 1941 et parues pour un tiers dans différents journaux, les proses que constitue Un peu de fièvre n’ont été rassemblées en volume qu’en 1974. C’est parce que de proches ami.e.s le lui réclamaient que Sandro Penna (né à Pérouse en 1906), qui ne manquait pas de se considérer (sans doute par forfanterie et ironie) comme le plus grand poète lyrique d’Italie,...
Emmanuel Laugier
octobre 2022
Le Matricule des Anges n°237

Théâtre Armand Gatti

La Traversée des langages Editions Verdier
2010
À travers une quinzaine de pièces solidaires, La Traversée des langages chante la liberté de l’esprit dans un Grand Œuvre théâtral. On oublie parfois qu’Armand Gatti fut – longtemps avant Valère Novarina – l’un des premiers auteurs dramatiques à considérer de façon si intransigeante le phénomène spectaculaire comme un système de signes dialogiques, créant une dramaturgie au cœur du langage, où le verbe s’incarne matériellement sur scène et où l’action se déroule dans le sens lui-même. Pour ce poète du drame verbal, grand...
Etienne Leterrier-Grimal
mars 2012
Le Matricule des Anges n°131

Auteurs chroniqués

Index alphabétique des auteurs

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

J