La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Bien connue des Services de bibliographie, la romancière Anne Serre a surpris souventes fois ses lectrices et lecteurs. À l’occasion de la parution de Petite table, sois mise ! (Verdier, 2012), par exemple, un très beau livre libre, parfois qualifié de fantaisie érotique. Cette année, elle récidive en produisant, toujours avec la même fraîche et désinvolte liberté, un objet littéraire « décalibré », si l’on peut dire, pour concasser les conventions. Et, apparemment, Anne Serre a de plus en plus de mal à respecter tout ce qui serait conventionnel. Sa Grande tiqueté, déambulation gyrovague de trois vagabonds (...)

    Anne Serre

  • Ce sont d’abord des chants d’oiseaux qu’on entend, au loin. Puis les cordes graves d’un violon qui étirent l’espace sonore. Quelques secondes plus tard, la voix, reconnaissable entre toutes, récite : « Non de Vénus les ardentes étincelles/ Et moins les traits desquels Cupido tire,/ Mais bien les morts qu’en moi tu renouvelles/ je t’ai voulu en cette œuvre décrire. » C’est Délie le grand œuvre de Maurice Scève publié en 1544 dont l’écrivain et musicien Emmanuel Tugny vient d’extraire, pour les mettre en musique, seize poèmes, des 449 dizains du recueil (Délie objet de plus haute vertu, Emmanuel Tugny, Boom (...)

    Christian Prigent

  • Il est des écrivains dont le nom s’échange aux porches des librairies dans une sorte d’enthousiasme fiévreux qui voudrait que l’interlocuteur auquel on offre ce sésame se précipite illico sur les livres du susnommé. D’évidence Mika Biermann en fait partie. Depuis la parution en 2013 de son roman Un blanc qui évoque une tragicomique expédition en Antarctique, les livres du plus marseillais des Allemands (ou l’inverse) sont guettés par quelques centaines de lecteurs qui saluent l’inventivité décomplexée d’un écrivain dont les romans surprennent à chaque fois. L’homme est un conteur. Pas seulement par (...)

    Mika Biermann

  • Tout film des Marx Brothers est un long rêve éveillé. Un rêve improbable… Un rêve qui coïncide avec la fin du cinéma muet et le début du parlant. Cinq à l’origine, Groucho, Harpo, Chico, Zeppo et Gummo, les deux derniers quittèrent la troupe rapidement. Leur père était un tailleur juif né à Mertzviller en Alsace, leur mère, d’origine allemande, issue du monde du spectacle. Harpo, acteur toujours muet gesticule de manière outrancière, alterne grimaces et sifflements. Arborant une perruque bouclée sous un haut-de-forme, ceint d’un imper contenant des objets hétéroclites qu’il tend à tout bout de champ, il (...)

    Fabio Viscogliosi

  • On est loin du village de Montblanc (Hérault) où se déroulait La Mer c’est pas grand-chose (P.O.L, 2016), loin aussi des manchots empereurs de La Fonte des glaces (P.O.L, 2017). L’Arbre d’obéissance qui paraît cette année, se situe pour l’essentiel dans un désert écrasé de chaleur, abandonné de Dieu si Dieu a jamais existé. Quelques villages de misérables éleveurs sont disséminés à ses abords, quelques ruines témoignent de l’aridité des lieux que ponctue un monastère où « accueillir » ne se décline à aucun temps. C’est là que veut se rendre l’adolescent Théodoret, au grand dam de son père qui le bat pour lui (...)

    Joël Baqué

Notre sélection

Domaine français Bénédicte Heim

On a Brule les Ruches Blanches Editions Et le bruit de ses talons
2018
En portant la langue à un point d’ivresse où tout devient viscéral, Bénédicte Heim fait descendre le cerveau dans le ventre. Elle est rimbaldienne Bénédicte Heim. Elle note l’inexprimable, fixe des vertiges, restitue la fièvre des plus secrètes pulsations, enregistre les frémissements et les torsions de la chair. Elle ne sépare pas les livres de la vie ni la pensée de l’étreinte du réel, et a une façon bien à elle de sublimer l’expérience, de jouer du pouvoir des mots lorsque la raison cesse de les gendarmer....
Richard Blin
avril 2018
Le Matricule des Anges n°192

Domaine étranger Toni Cade Bambara

Gorille, mon amour Editions Ypsilon éditeur
2018
Explorant la vie de la communauté noire américaine, Toni Cade Bambara ne s’encombre pas de discours pour faire la nique aux entraves. Certains livres trop rares ont sur l’âme l’effet rafraîchissant d’une bouche d’incendie ouverte en grand par 40 à l’ombre. C’est un jaillissement, d’une eau si pure et indomptable qu’il n’est pas encore né, le margoulin qui s’avisera de la mettre en bouteille. En quinze nouvelles dont on jetterait difficilement le moindre mot, Gorille, mon amour est de ces pétillants indociles, tout de grâce...
Yann Fastier
mai 2018
Le Matricule des Anges n°193

Poésie Kees Ouwens

Du perdant et de la source lumineuse Editions Lettre volée
2016
Le premier volume de Kees Ouwens, véritable fusée, vient en ce début de siècle percer son plafond par des phrases calcinées et brûlantes de lucidité. L’œuvre de Kees Ouwens (1944-2004), romancier et poète néerlandais, est en France à peu près méconnue. La traduction de l’un de ses livres de poésie Du perdant & de la source lumineuse (paru en 2007) est un événement majeur, qui le place aux côtés des grands modernistes venus des Pays-Bas, dont Hans Faverey. Sa manière, tout à fait différente du minimalisme grammairien de ce dernier, n’en...
Emmanuel Laugier
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Théâtre Samaël Steiner

Poème bleu : Nikhol sous la surface de l’eau Editions Théâtrales
2018
C’est à un joyeux voyage que nous invite Samaël Steiner : partir pour découvrir et s’enivrer de la beauté du monde. C’est l’histoire d’une famille. De père en fille, depuis cinq générations, elle gère l’entreprise Nikhol, spécialiste en sangles. Quelque part sur une île. Une entreprise dans laquelle les rôles sont bien définis : « L’entreprise est un monde d’hommes. » Mais les femmes ont aussi leur place : sur l’île, l’eau douce manque ; mais une source sous-marine permet de capter le précieux liquide. Ce...
Patrick Gay Bellile
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Auteurs chroniqués

Index alphabétique des auteurs

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

B