La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Ce sont d’abord des chants d’oiseaux qu’on entend, au loin. Puis les cordes graves d’un violon qui étirent l’espace sonore. Quelques secondes plus tard, la voix, reconnaissable entre toutes, récite : « Non de Vénus les ardentes étincelles/ Et moins les traits desquels Cupido tire,/ Mais bien les morts qu’en moi tu renouvelles/ je t’ai voulu en cette œuvre décrire. » C’est Délie le grand œuvre de Maurice Scève publié en 1544 dont l’écrivain et musicien Emmanuel Tugny vient d’extraire, pour les mettre en musique, seize poèmes, des 449 dizains du recueil (Délie objet de plus haute vertu, Emmanuel Tugny, Boom (...)

    Christian Prigent

  • Tout film des Marx Brothers est un long rêve éveillé. Un rêve improbable… Un rêve qui coïncide avec la fin du cinéma muet et le début du parlant. Cinq à l’origine, Groucho, Harpo, Chico, Zeppo et Gummo, les deux derniers quittèrent la troupe rapidement. Leur père était un tailleur juif né à Mertzviller en Alsace, leur mère, d’origine allemande, issue du monde du spectacle. Harpo, acteur toujours muet gesticule de manière outrancière, alterne grimaces et sifflements. Arborant une perruque bouclée sous un haut-de-forme, ceint d’un imper contenant des objets hétéroclites qu’il tend à tout bout de champ, il (...)

    Fabio Viscogliosi

  • Toute lecture digne de ce nom se doit d’être absorbante et voluptueuse. Nous devons dévorer le livre que nous lisons, être captivé par lui, arraché à nous-mêmes, et puis sortir de là l’esprit en feu, incapable de dormir ou de rassembler ses idées, emporté dans un tourbillon d’images animées, comme brassées dans un kaléidoscope. » Ces propos de Stevenson, qui ouvrent son essai À bâtons rompus sur le roman – paru en 1882, alors que s’achevait la publication en feuilleton de L’Île au trésor –, tiennent de la profession de foi. Raconter, pour lui, ce n’est pas seulement emporter son lecteur dans un flux de (...)

    Robert Louis Stevenson

  • Pour l’avoir rencontré à la dernière (en date) édition du festival Écrivains en bord de mer, on savait l’homme assez réservé, humble dans sa manière de plus écouter que parler. Avec sa gueule de héros de série américaine, sa casquette vissée sur un crâne ras, Pierre Vinclair dégage beaucoup de douceur dans sa voix et un appétit insatiable pour les discussions autour de la création. Très désireux des questions qu’on pouvait lui poser comme si elles étaient en soi un geste fraternel, l’écrivain, invité d’abord par la Maison de la poésie de Nantes, puis par les organisateurs du festival baulois, revenait juste (...)

    Pierre Vinclair

  • Il est des écrivains dont le nom s’échange aux porches des librairies dans une sorte d’enthousiasme fiévreux qui voudrait que l’interlocuteur auquel on offre ce sésame se précipite illico sur les livres du susnommé. D’évidence Mika Biermann en fait partie. Depuis la parution en 2013 de son roman Un blanc qui évoque une tragicomique expédition en Antarctique, les livres du plus marseillais des Allemands (ou l’inverse) sont guettés par quelques centaines de lecteurs qui saluent l’inventivité décomplexée d’un écrivain dont les romans surprennent à chaque fois. L’homme est un conteur. Pas seulement par (...)

    Mika Biermann

Notre sélection

Domaine français Nathalie Quintane

Ultra-Proust : Une lecture de Proust, Baudelaire, Nerval Editions Fabrique
2018
En deux livres qui interrogent la politique et la littérature, Nathalie Quintane bâtit un art poétique joyeusement bordélique. Et doublement iconoclaste. Un peu d’air frais. On y entre comme dans un moulin, conduits là par une phrase qui ne se dépare pas de celles du quotidien. Rien d’ostensiblement littéraire, pas de fronton monumental, on commence à lire : « Nous apportons des dessins de presse imprimés en noir et blanc sur des pages A4 représentant des hommes politiques du moment : Emmanuel Macron, Emmanuel Valls, François Hollande, Monsieur Gattaz » et voilà,...
Thierry Guichard
juillet 2018
Le Matricule des Anges n°195

Domaine étranger John Burnside

Le Bruit du dégel Editions Métailié
2018
Avec Le Bruit du dégel, John Burnside tisse un roman mélancolique, qui fait la part belle au chagrin, avec une immense douceur. Il y a toujours dans les romans de John Burnside une sorte de présence, un lien à un au-delà. Un penchant assumé pour une forme de panthéisme, cette habitude de venir effleurer des esprits dissimulés derrière nos propres ombres. Le Bruit du dégel, sous un aspect moins sauvage que L’Été des noyés, ou Scintillation, ne fait pas exception à cette règle. C’est un roman-conte, une déambulation à...
Julie Coutu
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Poésie Jean-Claude Caër

Devant la mer d’Okhotsk Editions Bruit du temps
2018
Le troisième opus de Jean-Claude Caër file vers l’empire des signes, rêve d’une mère disparue, parmi toute une nasse de réalités multiples et fuyantes. Dans La Ballade de Narayama, la tradition ubasute pratiquée dans les provinces centrales de Shinano veut que leurs habitants, une fois atteint l’âge de 70 ans, se rendent, aidés par un fils, dans la montagne de Narayama pour y mourir. Jean-Claude Caër, dans son nouveau livre Devant la mer d’Okhotsk, fait un peu le même trajet : il se rendit sur l’île d’Hokkaido pour y faire mourir en lui sa...
Emmanuel Laugier
novembre 2018
Le Matricule des Anges n°198

Théâtre Samaël Steiner

Poème bleu : Nikhol sous la surface de l’eau Editions Théâtrales
2018
C’est à un joyeux voyage que nous invite Samaël Steiner : partir pour découvrir et s’enivrer de la beauté du monde. C’est l’histoire d’une famille. De père en fille, depuis cinq générations, elle gère l’entreprise Nikhol, spécialiste en sangles. Quelque part sur une île. Une entreprise dans laquelle les rôles sont bien définis : « L’entreprise est un monde d’hommes. » Mais les femmes ont aussi leur place : sur l’île, l’eau douce manque ; mais une source sous-marine permet de capter le précieux liquide. Ce...
Patrick Gay Bellile
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Auteurs chroniqués

Index alphabétique des auteurs

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

G