La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Clément Rosset a été retrouvé mort dans son appartement parisien le 27 mars 2018. » Au lendemain de cette dépêche de l’AFP, la presse aussitôt rend hommage à un penseur « atypique » ou « inclassable ». L’épitaphe, qui en soi n’est pas fausse, révèle surtout un embarras : comment qualifier Rosset autrement que sur le mode privatif ou négatif ? C’est le type atypique, de la classe agitée des inclassables. Une sorte de cancre mais génial. Faute de mieux, on hasarde « iconoclaste », et Livres Hebdo s’émeut au souvenir du « philosophe des chemins de traverse », comme si le défunt était Sylvain Tesson. France Culture se (...)

    Clément Rosset

  • Quoiqu’il puisse être considéré comme un grand écrivain français du siècle dernier, au même titre qu’Henri Calet, Paul Gadenne reste traité comme s’il n’était qu’un petit-maître, à l’image de ces peintres de l’âge classique, talentueux mais sans aucun succès de cours. Gadenne, qui participait à la course aux prix de l’automne 1941 pour son roman Siloé – « Un premier livre qui est un grand livre » (Aujourd’hui, 20 août 1941) – aux côtés de Raymond Guérin, « actuellement prisonnier », de Georges Magnane ou de Pierre Béarn, et n’obtenant ni le Femina, ni le Goncourt, ni le Prix des critiques, ne suscita finalement (...)

    Paul Gadenne

  • C’est la voix d’un gamin solitaire qu’on entend. Adossé à un mur auquel il parle, n’ayant qu’aux pierres auxquelles pouvoir parler, il rassemble les images de sa rencontre avec Yan, arrivé dans sa vie quand son père à lui venait de la quitter. Yan, jardinier et maçon, figure des bistrots de cette campagne où l’on distingue mal ce qui différencie les hommes des bêtes, auquel l’enfant voue un amour que seuls les chiens parfois ont pour leur maître. Cet amour surprend par son intensité, mais bien vite, entrant dans la langue du narrateur, on saisit combien celui qui parle est aux prises avec une (...)

    Pascal Commère

  • Marc Graciano est mobile, comme le sont souvent les personnages de ses romans. S’il possède une vieille maison dans la campagne berrichonne qu’il retape petit à petit avec l’aide de son frère (lequel a également illustré un de ses livres), il n’en vit pas moins une partie de l’année dans son camping-car. En Suisse, notamment, où il travaille comme infirmier en psychiatrie. Un métier exigeant qui l’a amené à s’occuper aussi bien d’adolescents suicidaires que d’adultes dépendants, dont on retrouvera la trace dans son troisième roman, le seul à se dérouler dans le monde contemporain, Au pays de la fille (...)

    Marc Graciano

  • En quatre romans, Julia Deck s’est fait une place dans le paysage de la littérature française contemporaine. Et son cinquième opus, Monument national, qui sort ces jours-ci confirme que la jeune femme creuse son propre sillon par le biais d’une écriture qui a su trouver sa légitimité. Et sa singularité. Julia Deck naît en 1974 à Paris, une ville qu’elle ne quittera qu’en 2020 pour s’installer à Tours mise par la grâce du TGV aux portes de la capitale. Du côté paternel on est plutôt de droite et catho : « ils avaient une entreprise de BTP mais ils étaient mauvais en affaires. » Comme on a lu Propriété (...)

    Julia Deck

Notre sélection

Domaine français Nadine Ribault

Carnets de Kyôto - Dans la forêt de la vérité Editions Mot et le reste
2013
Sortir de la résignation, trouver le lieu à partir duquel le temps se fait effervescence, tel est le credo des Carnets de Nadine Ribault. Pour sortir de l’état de stupeur qui suit l’écriture d’un roman – « le roman, c’est l’élan, la course endiablée, le vertige » – Nadine Ribault a besoin de reprendre pied dans le temps, de se régénérer en trouvant appui dans le réel. De cette nécessité, et du besoin concomitant d’écrire un texte lent, est née l’idée des Carnets, d’une série qu’elle appelle « Points d’Appui », et qui, après...
Richard Blin
octobre 2013
Le Matricule des Anges n°147

Domaine étranger Polina Jerebtsova

Le Journal de Polina : une adolescence tchétchène Editions Books
2013
À Grozny, de 1999 à 2002, Polina survit – contre les bombardements et la faim, la douleur et la peur – et mûrit. Au marché Beriozka, j’ai vu des soldats former deux grands-mères : - Il faut dégoupiller la grenade, lâcher le déclencheur ! Il vaut mieux se mettre à l’abri d’un mur. C’est plus sûr ! Lancez la grenade le plus loin possible… - Qu’est-ce qu’il faut faire ? a redemandé une mémé dure d’oreille. Il faut faire comme ça ! lui a expliqué le soldat en lui montrant la technique. La grand-mère a...
Thierry Cecille
octobre 2013
Le Matricule des Anges n°147

Poésie Anna Akhmatova

Le Requiem & autres poèmes choisis Editions Al Dante
2015
Trois recueils, dans trois traductions, présentent chacun une coupe dans l’œuvre de celle que Mandelstam appelait « la souple gitane ». Dans des vers datant de 1913, soit deux ans après que Mandelstam l’a rencontrée, celui-ci écrit, prémonitoire du destin qui allait emporter la plupart des écrivains réfractaires à la mise au pas que le régime imposera : « Se peut-il que la souple gitane / Soit vouée aux tourments de Dante ? » De la guerre civile qui déchire l’ancien empire à la mort de Staline, jusqu’aux années de Guerre...
Emmanuel Laugier
avril 2015
Le Matricule des Anges n°162

Théâtre Penda Diouf

La Grande Ourse Editions Quartett
2020
Un magnifique parcours de femme porté par le battement du monde, signé Penda Diouf. Cela commence par une belle image. Une mère et son fils sorti de l’école mangent un bonbon, assis sur un banc. Il fait beau, du moins on l’imagine. Il est question entre eux de l’école, du repas du soir, de l’organisation familiale. Des rires sont échangés, tout va bien. Mais, « Ils se lèvent et repartent. Un des papiers de bonbon est laissé par terre et scintille au soleil. » Et ce papier de...
Patrick Gay Bellile
juin 2020
Le Matricule des Anges n°214

Auteurs chroniqués