La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Sur son visage et dans sa voix, Sébastien Lapaque a gardé quelque chose de l’enfance. Son débit de parole très rapide lance les mots à la poursuite d’une pensée en perpétuel mouvement, en perpétuelle transformation (à l’image de ces cumulonimbus filmés en accéléré). Cette enfance que l’homme porte en lui est celle d’une soif de découverte, d’apprentissage, de connaissance. On imagine les encyclopédistes des Lumières déployer cette même énergie sur l’observation et la compréhension de toute chose. Un appétit sans frontières : c’est la littérature qu’il ne cesse d’explorer pour le compte du Figaro littéraire ou (...)

    Sébastien Lapaque

  • C’est une chose peu aisée que de naviguer à même l’œuvre de Claude Louis-Combet. À l’origine figure la trajectoire d’un ascète en devenir, son noviciat rompu et son inclinaison pour les humanités. Un homme discret donc, tout à la fois familier des textes fondateurs des Pères de l’Église et épris de la mystique du 17e siècle. Né en 1932 à Lyon, celui qui allait poser des années plus tard la pierre angulaire de la mythobiographie entre en religion en 1950, chez les Pères du Saint-Esprit. Une formation intellectuelle qui sera celle du tiraillement et de la révélation à l’égard d’Ovide ou de Mircea Eliade, (...)

    Claude Louis-Combet

  • Ce n’est pas parce qu’il est grand qu’il a le verbe haut. C’est plutôt que quelque chose bout en lui, un sang pulsé à un rythme soutenu par un cœur trop gros peut-être… L’homme est attachant, qui porte en lui une adolescence irrépressible. Avec sa chevelure de guitariste de heavy metal, ses santiags qui furent un temps son emblème, il véhicule cette étiquette d’écrivain rocker difficile à enlever. Qui ne représente en rien Erwan Larher. S’il donne l’apparence d’une grande aisance à parler en public (on l’a vu dans quelques festivals), l’assurance affichée est parfois une manière de combattre sinon la (...)

    Erwan Larher

  • Le 30 septembre 1999, hôtel des Allégories (sic), à Nîmes : un homme écarlate, le visage tordu, yeux révulsés, semble tricoter le néant avec des bâtons de châtaigniers, tout en proférant des poèmes. Puis procède à une installation. Clouant la carcasse d’une volaille au sol, il connecte des électrodes qu’il relie à chaque spectateur et crame le volatile d’un coup de chalumeau. Sa façon à lui de (ré)agir en poète à la torture dite du poulet grillé pratiquée par le dictateur tunisien Ben Ali et ses sbires. Des images, des paroles, de l’engagement, de l’action ! Le 17 mars 2010, médiathèque Émile-Zola, à (...)

    Serge Pey

  • Lire Segalen, c’est courir l’espace, remonter le temps, affronter la réalité sensible, « celle que nous touchons, palpons et dévorons de toutes les dents et de toutes les papilles de nos sens ». C’est s’aventurer dans l’immense continent du Divers, ausculter le corps du monde et découvrir la littérature comme forme de vie. La sienne, de vie, n’aura été qu’une alternance de départs et de retours. Né en janvier 1878, à Brest, il eut une jeunesse marquée par le poids des conventions religieuses et morales. Reçu à l’École de Santé navale, il s’installe à Bordeaux pour des études qui furent aussi celles d’une (...)

    Victor Segalen

Notre sélection

Domaine français Mathilde Chapuis

Nafar Editions Liana Levi
2019
Délicat et empreint d’humanité, Nafar de Mathilde Chapuis nous pousse à nous identifier à celles et ceux qui fuient leurs pays. Celui qui est issu d’une région pauvre, contraint de travailler dans une plus riche, coupé de son berceau, perpétuellement en transit » : telle est la définition du mot « nafar » en arabe classique. Le protagoniste de ce roman en est un. De jeune propriétaire d’un café populaire à Homs, il est devenu un apatride obsédé par la Suède, stoppé dans sa fuite à Istanbul. Ce personnage n’a rien de...
Camille Cloarec
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206

Domaine étranger Kostis Maloùtas

Une fois (et peut-être une autre) Editions Do
2019
Ce premier roman grec explore avec humour les apories de l’édition lorsqu’un événement imprévu met à nu la vacuité même de ses techniques de battage médiatique. La prétention à l’originalité est certainement une des illusions les plus tenaces du littérateur. Impossible objectif qui, avec le passage du temps, les avancées, reculs, sur-places et contradictions des esthétiques, avec l’augmentation sans fin du nombre de livres encombrant les étagères, se fait de plus en plus fuyant. Écrire c’est, dans une large mesure, écrire ce qui l’a déjà été. Tel est...
Guillaume Contré
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206

Poésie Jacques Darras

Van Eyck et les rivières Editions Castor Astral
2019
Mêlant à sa voix de poète l’histoire et la géographie, Jacques Darras transmute les eaux tumultueuses de l’âme humaine en symphonie fluviale. Homme des lisières, des marges et des marées, Jacques Darras n’aura cessé d’aller des unes aux autres, se jouant des langues et des frontières, arpentant le présent à la lumière du passé et au miroir des rivières. C’est l’une d’elles, la Maye, petite rivière de la Picardie maritime dont il est natif, qui a donné son nom aux huit tomes d’un long poème où il dit sa façon d’habiter poétiquement...
Richard Blin
juin 2019
Le Matricule des Anges n°204

Théâtre Guillaume Poix

Qui croire (suivi de) Lointaine est l’autre rive Editions Théâtrales
2019
Ce recueil de deux nouvelles pièces vient confirmer la singularité de Guillaume Poix, de par les thèmes abordés et la langue mise en œuvre. Conçu pour être proféré à un·e ou plusieurs, Qui croire commence ainsi : « Un jour, depuis la chambre de mon petit appartement, je vagabonde sur mon ordinateur (constamment je fais ça : vagabonder) je vagabonde (et me déteste pour ça) je vagabonde vacille tombe sur un article – article qui ouvre en moi de perplexité un gouffre (océan) accroît (du même coup) le sentiment de détestation ; »...
Laurence Cazaux
juillet 2019
Le Matricule des Anges n°205

Auteurs chroniqués