La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • On est loin du village de Montblanc (Hérault) où se déroulait La Mer c’est pas grand-chose (P.O.L, 2016), loin aussi des manchots empereurs de La Fonte des glaces (P.O.L, 2017). L’Arbre d’obéissance qui paraît cette année, se situe pour l’essentiel dans un désert écrasé de chaleur, abandonné de Dieu si Dieu a jamais existé. Quelques villages de misérables éleveurs sont disséminés à ses abords, quelques ruines témoignent de l’aridité des lieux que ponctue un monastère où « accueillir » ne se décline à aucun temps. C’est là que veut se rendre l’adolescent Théodoret, au grand dam de son père qui le bat pour lui (...)

    Joël Baqué

  • Il est des écrivains dont le nom s’échange aux porches des librairies dans une sorte d’enthousiasme fiévreux qui voudrait que l’interlocuteur auquel on offre ce sésame se précipite illico sur les livres du susnommé. D’évidence Mika Biermann en fait partie. Depuis la parution en 2013 de son roman Un blanc qui évoque une tragicomique expédition en Antarctique, les livres du plus marseillais des Allemands (ou l’inverse) sont guettés par quelques centaines de lecteurs qui saluent l’inventivité décomplexée d’un écrivain dont les romans surprennent à chaque fois. L’homme est un conteur. Pas seulement par (...)

    Mika Biermann

  • Ce sont d’abord des chants d’oiseaux qu’on entend, au loin. Puis les cordes graves d’un violon qui étirent l’espace sonore. Quelques secondes plus tard, la voix, reconnaissable entre toutes, récite : « Non de Vénus les ardentes étincelles/ Et moins les traits desquels Cupido tire,/ Mais bien les morts qu’en moi tu renouvelles/ je t’ai voulu en cette œuvre décrire. » C’est Délie le grand œuvre de Maurice Scève publié en 1544 dont l’écrivain et musicien Emmanuel Tugny vient d’extraire, pour les mettre en musique, seize poèmes, des 449 dizains du recueil (Délie objet de plus haute vertu, Emmanuel Tugny, Boom (...)

    Christian Prigent

  • Tout film des Marx Brothers est un long rêve éveillé. Un rêve improbable… Un rêve qui coïncide avec la fin du cinéma muet et le début du parlant. Cinq à l’origine, Groucho, Harpo, Chico, Zeppo et Gummo, les deux derniers quittèrent la troupe rapidement. Leur père était un tailleur juif né à Mertzviller en Alsace, leur mère, d’origine allemande, issue du monde du spectacle. Harpo, acteur toujours muet gesticule de manière outrancière, alterne grimaces et sifflements. Arborant une perruque bouclée sous un haut-de-forme, ceint d’un imper contenant des objets hétéroclites qu’il tend à tout bout de champ, il (...)

    Fabio Viscogliosi

  • Bien connue des Services de bibliographie, la romancière Anne Serre a surpris souventes fois ses lectrices et lecteurs. À l’occasion de la parution de Petite table, sois mise ! (Verdier, 2012), par exemple, un très beau livre libre, parfois qualifié de fantaisie érotique. Cette année, elle récidive en produisant, toujours avec la même fraîche et désinvolte liberté, un objet littéraire « décalibré », si l’on peut dire, pour concasser les conventions. Et, apparemment, Anne Serre a de plus en plus de mal à respecter tout ce qui serait conventionnel. Sa Grande tiqueté, déambulation gyrovague de trois vagabonds (...)

    Anne Serre

Notre sélection

Domaine français Didier da Silva

Toutes les pierres Editions Arbre Vengeur
2018
Didier da Silva fait se croiser les destinées de deux écrivains que tout oppose, mais qui se rejoignent en incarnant un même idéal de poésie. Un homme regarde danser une feuille ballottée par le vent, suspendue au fil d’une araignée. Dans cette scène d’ouverture éphémère, fragile, le presque rien d’une magie à peine entraperçue, déjà envolée, observée en passant au lendemain d’une nuit de « petits verres » dont les effets se font encore sentir, sont concentrés tous les enjeux de l’ambitieux et délicat roman de Didier da Silva. Un...
Guillaume Contré
avril 2018
Le Matricule des Anges n°192

Domaine étranger Dorthe Nors

Ceinture, rétro, clignotant Editions Delcourt littérature
2018
La Danoise Dorthe Nors signe une tragicomédie sur l’instabilité existentielle. Connaît-on Dorthe Nors en France ? Pas sûr. Sauf erreur, c’est la première fois qu’on traduit en français cette Danoise née en 1970 et dont Junot Diaz, le prix Pulitzer 2008, nous dit – c’est écrit sur la première de couverture – qu’elle est « fantastique ». Sous les couleurs d’une romancière présentée comme woodyallénienne, disons, elle en impose surtout par son sens de l’introspection dans...
Anthony Dufraisse
avril 2018
Le Matricule des Anges n°192

Poésie Ludovic Degroote

La Digue Editions Unes
2018
Dans La Digue, Ludovic Degroote explore une langue imagée et musicale, qui captive jusqu’au vertige. L’œuvre de Ludovic Degroote est traversée par une véritable réflexion sur le geste même d’écrire, qui plus est dans ce livre fondateur publié pour la première fois en 1995. On peut y lire déjà la tentative de cerner au plus près le sens des mots, la recherche de la formule la plus juste, et la manière par laquelle déjouer les images toutes faites. Né en 1958, Ludovic Degroote, auteur...
Emmanuelle Rodrigues
avril 2018
Le Matricule des Anges n°192

Théâtre Angélica Liddell

Ecrits 2003-2014 Editions Solitaires intempestifs
2019
Chez la performeuse espagnole Angélica Liddell, l’incandescence des mots dit la brûlure du corps. Les Solitaires intempestifs publient un ensemble d’œuvres écrites par Angélica Liddell entre 2003 et 2014 ; certaines déjà publiées précédemment, d’autres inédites. Il est plus habituel d’entendre parler des performances scéniques d’Angélica Liddell que de ses textes. La performeuse espagnole a le goût des images fortes, et les installe sur scène sans retenue ni modération ; à tel point que...
Patrick Gay Bellile
février 2019
Le Matricule des Anges n°200

Auteurs chroniqués