La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Tout film des Marx Brothers est un long rêve éveillé. Un rêve improbable… Un rêve qui coïncide avec la fin du cinéma muet et le début du parlant. Cinq à l’origine, Groucho, Harpo, Chico, Zeppo et Gummo, les deux derniers quittèrent la troupe rapidement. Leur père était un tailleur juif né à Mertzviller en Alsace, leur mère, d’origine allemande, issue du monde du spectacle. Harpo, acteur toujours muet gesticule de manière outrancière, alterne grimaces et sifflements. Arborant une perruque bouclée sous un haut-de-forme, ceint d’un imper contenant des objets hétéroclites qu’il tend à tout bout de champ, il (...)

    Fabio Viscogliosi

  • Hélène Bessette répétait à ses enfants qu’elle serait « connue trente ou cinquante ans » après sa mort. Heureusement pour elle, la postérité s’est montrée moins ingrate : son retour à la lumière s’est fait six ans après sa disparition, mais entre la parution d’Ida ou le délire, son dernier roman publié par Gallimard en 1973, et la publication du Bonheur de la nuit par Laure Limongi aux éditions Léo Scheer en 2006, son œuvre aura connu une longue éclipse. Une œuvre certes située loin des goûts de l’époque, refusant tout conformisme, à la fois radicale et exigeante, méprisant les conventions romanesques, bafouant (...)

    Hélène Bessette

  • Toute lecture digne de ce nom se doit d’être absorbante et voluptueuse. Nous devons dévorer le livre que nous lisons, être captivé par lui, arraché à nous-mêmes, et puis sortir de là l’esprit en feu, incapable de dormir ou de rassembler ses idées, emporté dans un tourbillon d’images animées, comme brassées dans un kaléidoscope. » Ces propos de Stevenson, qui ouvrent son essai À bâtons rompus sur le roman – paru en 1882, alors que s’achevait la publication en feuilleton de L’Île au trésor –, tiennent de la profession de foi. Raconter, pour lui, ce n’est pas seulement emporter son lecteur dans un flux de (...)

    Robert Louis Stevenson

  • Il est des écrivains dont le nom s’échange aux porches des librairies dans une sorte d’enthousiasme fiévreux qui voudrait que l’interlocuteur auquel on offre ce sésame se précipite illico sur les livres du susnommé. D’évidence Mika Biermann en fait partie. Depuis la parution en 2013 de son roman Un blanc qui évoque une tragicomique expédition en Antarctique, les livres du plus marseillais des Allemands (ou l’inverse) sont guettés par quelques centaines de lecteurs qui saluent l’inventivité décomplexée d’un écrivain dont les romans surprennent à chaque fois. L’homme est un conteur. Pas seulement par (...)

    Mika Biermann

  • Pour l’avoir rencontré à la dernière (en date) édition du festival Écrivains en bord de mer, on savait l’homme assez réservé, humble dans sa manière de plus écouter que parler. Avec sa gueule de héros de série américaine, sa casquette vissée sur un crâne ras, Pierre Vinclair dégage beaucoup de douceur dans sa voix et un appétit insatiable pour les discussions autour de la création. Très désireux des questions qu’on pouvait lui poser comme si elles étaient en soi un geste fraternel, l’écrivain, invité d’abord par la Maison de la poésie de Nantes, puis par les organisateurs du festival baulois, revenait juste (...)

    Pierre Vinclair

Notre sélection

Domaine français Philippe Annocque

Seule la nuit tombe dans ses bras Editions Quidam éditeur
2018
Le nouveau roman de Philippe Annocque fait d’une histoire d’amour virtuelle une métaphore du pouvoir des mots et de leurs limites. L’amour est-il une réalité, ou ne s’agit-il que d’une idée ? Une sorte d’aventure que l’on se construirait dans la tête, moins directement palpable, mais tout aussi puissante ou amère ? Quelque chose qui serait à la fois beau, émouvant, angoissant, curieux et incertain, mais également un peu désenchanté. Ou surtout désenchanté : l’expression d’une forme très contemporaine de la solitude,...
Guillaume Contré
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Domaine étranger Ivy Pochoda

Route 62 Editions Liana Levi
2018
Après L’Autre Côté des docks, Ivy Pochoda quitte sa Brooklyn natale pour les quartiers miteux de Los Angeles. Un récit frénétique, captivant et chaotique sur l’Amérique d’aujourd’hui. Ce matin-là, comme tous les autres, Tony est coincé dans sa voiture et il attend, regrettant son réveil tardif, son travail soporifique, sa vie ratée, en somme. Quand la fameuse silhouette du coureur nue apparaît dans son champ de vision, déclenchant une flopée de klaxons, de jurons et de moqueries autour de lui, une sorte de révélation s’opère. À la manière de ceux qui déclarent avoir vu la...
Camille Cloarec
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Poésie Martin Dawn Lundy

Discipline Editions Joca Seria
2019
Des trois textes de Un objectif (1930) de Louis Zukofsky, à Discipline, de la poétesse et militante Dawn Lundy Martin, biais et bords des questions que soulève l’écriture face au corps, au réel, à l’histoire. La réédition de Un objectif, du grand poète Louis Zukofsky, permet d’interroger la multiplicité des héritages de ce que l’on a appelé l’objectivisme américain et d’essayer de mesurer son impact dans la poésie, notamment américaine. La première traduction d’un livre de Dawn Lundy Martin, poétesse, militante féministe proche des Black Lives Matter (« Les vies noires comptent »), en est...
Emmanuel Laugier
mars 2019
Le Matricule des Anges n°201

Théâtre Samaël Steiner

Poème bleu : Nikhol sous la surface de l’eau Editions Théâtrales
2018
C’est à un joyeux voyage que nous invite Samaël Steiner : partir pour découvrir et s’enivrer de la beauté du monde. C’est l’histoire d’une famille. De père en fille, depuis cinq générations, elle gère l’entreprise Nikhol, spécialiste en sangles. Quelque part sur une île. Une entreprise dans laquelle les rôles sont bien définis : « L’entreprise est un monde d’hommes. » Mais les femmes ont aussi leur place : sur l’île, l’eau douce manque ; mais une source sous-marine permet de capter le précieux liquide. Ce...
Patrick Gay Bellile
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Auteurs chroniqués