La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • En août 2005, la rentrée littéraire nous avait conduits du côté d’Asnières et de Bécon-les-Bruyères sur les traces des personnages de La Serveuse était nouvelle qui paraissait, dix ans après le premier livre de son auteur, Dominique Fabre. En dix ans, l’homme avait publié sept romans, où deux voies se dessinaient. Celle de l’adulte, piéton des Hauts-de-Seine et de Paris (Moi aussi un jour j’irai loin ou Mon quartier), celle de l’enfant, Edgar, qui donnait à deux romans, Ma vie d’Edgar et Fantômes une émotion brute, poignante et fragile. Il nous avait semblé que La Serveuse était nouvelle était un fort (...)

    Dominique Fabre

  • Immanquablement, dans les romans de la native de l’Algarve, le sud méditerranéen du Portugal, un être surgit de l’anonymat, s’extirpe de la foule, s’élève, tournoie et capte les vies des personnages alentour, puis renvoie leurs lumières, leurs voix, leurs histoires. À la fois miroirs aux alouettes, kaléidoscopes, sonos, chaires ou encore sémaphores, ses livres sont des mises en abîme d’où une femme, souvent romancière, autour de nœuds de vie, de mort, témoigne de la grandeur, la beauté, la diversité, le combat, la cruauté de la condition de gens de peu, en retournant la mémoire et l’Histoire (...)

    Lídia Jorge

  • Si partir c’est mourir un peu, alors Laird Hunt a dû mourir beaucoup. L’écrivain américain qui fait paraître ce mois-ci son dixième roman en France (le huitième traduit) a conséquemment dû naître plusieurs fois. Par exemple dans l’Indiana vers 1981. Il a alors 13 ou 14 ans et vient vivre jusqu’à la majorité chez celle qui va hanter une partie de son œuvre : sa grand-mère paternelle. À moins que ce ne soit un peu plus tard au Japon que l’écrivain naît. C’est en effet chez les Nippons que sa première nouvelle paraît dans la revue Printed Matter que deux Anglais publiaient à Tokyo dans les années 1980. Les (...)

    Laird Hunt

  • C’est un petit livre jaune qui l’a fait connaître du peuple des lecteurs de littérature. Paru en 2017 Sidérer, considérer ouvrait une voie neuve dans le travail de Marielle Macé comme dans la littérature. Une voie qui serpente depuis entre l’essai, les sciences humaines, la philosophie, la poésie et le rendu d’expériences de vie, et de luttes multiples. Entre une Marie Cosnay et un Arno Bertina, la chercheuse aimantait dans ce livre toute une bibliothèque d’auteurs anciens et modernes pour dire la sidération face au sort réservé aux migrants et tracer le contour d’une éthique de la considération (...)

    Marielle Macé

  • À quoi reconnaît-on qu’un écrivain contemporain devient un classique ? À la parution d’inédits, de nouvelles traductions, à la réédition d’un même livre sous un autre titre : ainsi d’Aventures d’Italo Calvino récemment recyclé par Folio à trois mots près sous son titre original Les Amours difficiles (Gli amori difficili). S’agissant de Calvino, ces événements éditoriaux à l’occasion du centenaire de sa naissance le confirment comme un « écrivain populaire » en France. Son œuvre de fiction comprend même des livres pour le rayon « Jeunesse » : les Contes italiens, Romarine, ou Forêt, racine, labyrinthe, à lire aux (...)

    Italo Calvino

Notre sélection

Domaine français Cyrille Martinez

Le Marathon de Jean-Claude Editions Verticales
2022
Bien lié dans ses petites foulées, un hommage à la course de fond en amateur, par cyrille martinez. Une belle épopée ordinaire. Une note liminaire introduit aux personnages du Marathon de Jean-Claude et autres épreuves de fond, ainsi qu’à l’intention de son auteur : « Sportifs sans couronnes ni médailles, auteurs de marathons secrets et d’exploits aberrants. Vous voilà, mes champions ». En quinze chapitres portant chacun sur une « épreuve », le livre de Cyrille Martinez nous entraîne derrière les coureurs et coureuses...
Jérôme Delclos
avril 2022
Le Matricule des Anges n°232

Domaine étranger Antonythasan Jesuthasan

La Sterne rouge Editions Zulma
2022
Zulma poursuit la traduction de l’œuvre férocement novatrice d’Antonythasan Jesuthasan. Une reconstitution de l’univers tamoul, sa violence et sa beauté, à travers un portrait de femme. On connaît son visage depuis la Palme d’or de Jacques Audiard, Dheepan, où il tenait le premier rôle, mais c’est dans ses écrits que l’on entend sa voix et à travers elle, l’histoire de tout un peuple qu’il tire de l’oubli. Exilé en France depuis 1993, Antonythasan Jesuthasan se déplace dans l’espace du roman à sa guise. La Sterne rouge enserre un récit de guerre dans une construction...
Feya Dervitsiotis
mars 2022
Le Matricule des Anges n°231

Poésie Henri Droguet

Toutes affaires cessantes Editions Gallimard
2022
D’une beauté violente, les poèmes d’Henri Droguet enchantent par leur aventureux désordre et leur fruité d’inconfort tonique. Diablement vivifiante et ivre de vent, la poésie d’Henri Droguet. Hérétique et quelque peu sauvage aussi. Ça secoue, ça se déploie, ça rape et ça rit, ça se rattrape comme le funambule sur son fil. Faite de chutes et d’élans, elle obéit à la logique de l’instant et aux diktats de la météorologie. C’est vif et intense, dense et subtil avec un sens certain de l’incommensurable. Elle est faite...
Richard Blin
juin 2022
Le Matricule des Anges n°234

Théâtre Patrick Kermann

De quelques choses vues la nuit Editions Espaces 34
2012
Espaces 34 entreprend la salutaire réédition de l’oeuvre théâtrale de Patrick Kermann, peuplée de vivants bien gisants. On lit quelque part que son auteur aurait décrit De quelques choses vues la nuit comme une « déambulation dans un no man’s land entre ciel et enfer ». Tout semble dit : la guerre encore fraîche, l’errance, un rapport si ambigu à la transcendance et à la foi, et cet espace que ne définit qu’un mince intervalle, une double frontière. De fait, il s’agit là d’une suite de scènes qui toutes...
Etienne Leterrier-Grimal
juin 2012
Le Matricule des Anges n°134

Auteurs chroniqués