La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Pour l’avoir rencontré à la dernière (en date) édition du festival Écrivains en bord de mer, on savait l’homme assez réservé, humble dans sa manière de plus écouter que parler. Avec sa gueule de héros de série américaine, sa casquette vissée sur un crâne ras, Pierre Vinclair dégage beaucoup de douceur dans sa voix et un appétit insatiable pour les discussions autour de la création. Très désireux des questions qu’on pouvait lui poser comme si elles étaient en soi un geste fraternel, l’écrivain, invité d’abord par la Maison de la poésie de Nantes, puis par les organisateurs du festival baulois, revenait juste (...)

    Pierre Vinclair

  • Ce sont d’abord des chants d’oiseaux qu’on entend, au loin. Puis les cordes graves d’un violon qui étirent l’espace sonore. Quelques secondes plus tard, la voix, reconnaissable entre toutes, récite : « Non de Vénus les ardentes étincelles/ Et moins les traits desquels Cupido tire,/ Mais bien les morts qu’en moi tu renouvelles/ je t’ai voulu en cette œuvre décrire. » C’est Délie le grand œuvre de Maurice Scève publié en 1544 dont l’écrivain et musicien Emmanuel Tugny vient d’extraire, pour les mettre en musique, seize poèmes, des 449 dizains du recueil (Délie objet de plus haute vertu, Emmanuel Tugny, Boom (...)

    Christian Prigent

  • Toute lecture digne de ce nom se doit d’être absorbante et voluptueuse. Nous devons dévorer le livre que nous lisons, être captivé par lui, arraché à nous-mêmes, et puis sortir de là l’esprit en feu, incapable de dormir ou de rassembler ses idées, emporté dans un tourbillon d’images animées, comme brassées dans un kaléidoscope. » Ces propos de Stevenson, qui ouvrent son essai À bâtons rompus sur le roman – paru en 1882, alors que s’achevait la publication en feuilleton de L’Île au trésor –, tiennent de la profession de foi. Raconter, pour lui, ce n’est pas seulement emporter son lecteur dans un flux de (...)

    Robert Louis Stevenson

  • Il est des écrivains dont le nom s’échange aux porches des librairies dans une sorte d’enthousiasme fiévreux qui voudrait que l’interlocuteur auquel on offre ce sésame se précipite illico sur les livres du susnommé. D’évidence Mika Biermann en fait partie. Depuis la parution en 2013 de son roman Un blanc qui évoque une tragicomique expédition en Antarctique, les livres du plus marseillais des Allemands (ou l’inverse) sont guettés par quelques centaines de lecteurs qui saluent l’inventivité décomplexée d’un écrivain dont les romans surprennent à chaque fois. L’homme est un conteur. Pas seulement par (...)

    Mika Biermann

  • Tout film des Marx Brothers est un long rêve éveillé. Un rêve improbable… Un rêve qui coïncide avec la fin du cinéma muet et le début du parlant. Cinq à l’origine, Groucho, Harpo, Chico, Zeppo et Gummo, les deux derniers quittèrent la troupe rapidement. Leur père était un tailleur juif né à Mertzviller en Alsace, leur mère, d’origine allemande, issue du monde du spectacle. Harpo, acteur toujours muet gesticule de manière outrancière, alterne grimaces et sifflements. Arborant une perruque bouclée sous un haut-de-forme, ceint d’un imper contenant des objets hétéroclites qu’il tend à tout bout de champ, il (...)

    Fabio Viscogliosi

Notre sélection

Domaine français Leïla Sebbar

Sous le viaduc : Une histoire d’amour Editions Bleu autour
2018
Sous la forme d’une chronique parisienne, Leïla Sebbar observe à distance le « peuple de la rue ». C’est un petit livre qui se lit lentement, comme on marche dans la rue le dimanche matin. Leïla Sebbar a tenu un journal, en 2010, 2011 et 2013 : un journal avec des trous, des retrouvailles, des deuils. Elle y raconte les gens de la rue, les sans toit ni loi de son quartier, dans le 13e arrondissement de Paris, entre Glacière et Corvisart, deux stations du métro aérien – construit sur un...
Catherine Simon
juillet 2018
Le Matricule des Anges n°195

Domaine étranger Marco Balzano

Je reste ici Editions Philippe Rey
2018
Comment noyer terres et cœurs avec un barrage, c’est ce que dépeint le superbe et crépusculaire nouvel opus de l’écrivain italien Marco Balzano. Dans les romans de ce tout juste quadra, natif de Milan, les protagonistes marchent beaucoup, émigrent, fuient la misère (Prêts à tous les départs, La Fosse aux ours, 2015 ; Le Dernier arrivé, Philippe Rey, 2017). Si Je reste ici évoque une renonciation, la mistoufle n’en demeure pas moins omniprésente et les pérégrinations tout aussi incessantes. Anciennement autrichienne, la région...
Dominique Aussenac
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Poésie Kees Ouwens

Du perdant et de la source lumineuse Editions Lettre volée
2016
Le premier volume de Kees Ouwens, véritable fusée, vient en ce début de siècle percer son plafond par des phrases calcinées et brûlantes de lucidité. L’œuvre de Kees Ouwens (1944-2004), romancier et poète néerlandais, est en France à peu près méconnue. La traduction de l’un de ses livres de poésie Du perdant & de la source lumineuse (paru en 2007) est un événement majeur, qui le place aux côtés des grands modernistes venus des Pays-Bas, dont Hans Faverey. Sa manière, tout à fait différente du minimalisme grammairien de ce dernier, n’en...
Emmanuel Laugier
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Théâtre Hanokh Levin

Théâtre choisi : Tome 7, Tragédies sanglantes Editions Théâtrales
2018
Le rire énorme du dramaturge israélien Hanokh Levin secoue encore le monde. Les éditions Théâtrales poursuivent la publication des œuvres complètes d’Hanokh Levin, le trublion de la scène théâtrale israélienne, mort en 1999 après avoir passé une grande partie de sa vie à dénoncer les travers et la petitesse de la société israélienne. Artiste engagé contre la guerre, contre l’occupation des territoires palestiniens, et pour une liberté totale d’expression, son œuvre,...
Patrick Gay Bellile
juillet 2018
Le Matricule des Anges n°195

Auteurs chroniqués