La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • Il est des écrivains dont le nom s’échange aux porches des librairies dans une sorte d’enthousiasme fiévreux qui voudrait que l’interlocuteur auquel on offre ce sésame se précipite illico sur les livres du susnommé. D’évidence Mika Biermann en fait partie. Depuis la parution en 2013 de son roman Un blanc qui évoque une tragicomique expédition en Antarctique, les livres du plus marseillais des Allemands (ou l’inverse) sont guettés par quelques centaines de lecteurs qui saluent l’inventivité décomplexée d’un écrivain dont les romans surprennent à chaque fois. L’homme est un conteur. Pas seulement par (...)

    Mika Biermann

  • Hélène Bessette répétait à ses enfants qu’elle serait « connue trente ou cinquante ans » après sa mort. Heureusement pour elle, la postérité s’est montrée moins ingrate : son retour à la lumière s’est fait six ans après sa disparition, mais entre la parution d’Ida ou le délire, son dernier roman publié par Gallimard en 1973, et la publication du Bonheur de la nuit par Laure Limongi aux éditions Léo Scheer en 2006, son œuvre aura connu une longue éclipse. Une œuvre certes située loin des goûts de l’époque, refusant tout conformisme, à la fois radicale et exigeante, méprisant les conventions romanesques, bafouant (...)

    Hélène Bessette

  • Pour l’avoir rencontré à la dernière (en date) édition du festival Écrivains en bord de mer, on savait l’homme assez réservé, humble dans sa manière de plus écouter que parler. Avec sa gueule de héros de série américaine, sa casquette vissée sur un crâne ras, Pierre Vinclair dégage beaucoup de douceur dans sa voix et un appétit insatiable pour les discussions autour de la création. Très désireux des questions qu’on pouvait lui poser comme si elles étaient en soi un geste fraternel, l’écrivain, invité d’abord par la Maison de la poésie de Nantes, puis par les organisateurs du festival baulois, revenait juste (...)

    Pierre Vinclair

  • Toute lecture digne de ce nom se doit d’être absorbante et voluptueuse. Nous devons dévorer le livre que nous lisons, être captivé par lui, arraché à nous-mêmes, et puis sortir de là l’esprit en feu, incapable de dormir ou de rassembler ses idées, emporté dans un tourbillon d’images animées, comme brassées dans un kaléidoscope. » Ces propos de Stevenson, qui ouvrent son essai À bâtons rompus sur le roman – paru en 1882, alors que s’achevait la publication en feuilleton de L’Île au trésor –, tiennent de la profession de foi. Raconter, pour lui, ce n’est pas seulement emporter son lecteur dans un flux de (...)

    Robert Louis Stevenson

  • Tout film des Marx Brothers est un long rêve éveillé. Un rêve improbable… Un rêve qui coïncide avec la fin du cinéma muet et le début du parlant. Cinq à l’origine, Groucho, Harpo, Chico, Zeppo et Gummo, les deux derniers quittèrent la troupe rapidement. Leur père était un tailleur juif né à Mertzviller en Alsace, leur mère, d’origine allemande, issue du monde du spectacle. Harpo, acteur toujours muet gesticule de manière outrancière, alterne grimaces et sifflements. Arborant une perruque bouclée sous un haut-de-forme, ceint d’un imper contenant des objets hétéroclites qu’il tend à tout bout de champ, il (...)

    Fabio Viscogliosi

Notre sélection

Domaine français Maylis de Kerangal

Un monde à portée de main Editions Verticales
2018
Maylis de Kerangal nous ouvre de nouveaux chantiers, ceux d’une jeune peintre en décor. Plongée émerveillée dans un univers en trompe-l’œil, de Bruxelles à Lascaux. Paula Karst, honneur à toi qui es de retour, décris tes conquêtes, raconte tes faits d’armes ! » Apprendre à imiter les reliefs, les textures et les couleurs, ceux du bois, de la pierre, des marbres et à désarçonner le regard du spectateur : voilà la bien peu commune aventure de Paula Karst, devenue reine du trompe-l’œil. Par rapport à ses précédents romans, Maylis de Kerangal semble prendre...
Chloé Brendlé
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Domaine étranger Marco Balzano

Je reste ici Editions Philippe Rey
2018
Comment noyer terres et cœurs avec un barrage, c’est ce que dépeint le superbe et crépusculaire nouvel opus de l’écrivain italien Marco Balzano. Dans les romans de ce tout juste quadra, natif de Milan, les protagonistes marchent beaucoup, émigrent, fuient la misère (Prêts à tous les départs, La Fosse aux ours, 2015 ; Le Dernier arrivé, Philippe Rey, 2017). Si Je reste ici évoque une renonciation, la mistoufle n’en demeure pas moins omniprésente et les pérégrinations tout aussi incessantes. Anciennement autrichienne, la région...
Dominique Aussenac
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196

Poésie Marie-Claire Bancquart

Terre énergumène et autres poèmes Editions Gallimard / Poésie
2019
Les poèmes de Marie-Claire Bancquart témoignent d’une inlassable quête : à l’énigme du vivre répond l’exigence d’un chant profond. À propos de son travail, Marie-Claire Bancquart livrait ces quelques lignes : « J’aime particulièrement la poésie, parce qu’elle est cette “langue dans la langue”, dont nous avons grand besoin contre la langue de bois. La mienne se fonde sur le corps (une fascination pour son intérieur), les choses, les espaces, les violences, les énigmes noires ou belles qui nous entourent. » Auteure de...
Emmanuelle Rodrigues
avril 2019
Le Matricule des Anges n°202

Théâtre Claude Simon

La Séparation Editions Chemin de fer
2019
Durant une nuit d’été, deux couples s’affrontent, l’un survit, l’autre éclate : l’unique pièce de Claude Simon scrute la décomposition de l’amour. On ne peut s’empêcher de soupçonner, lorsque réapparaissent des inédits d’écrivains reconnus, la tentative de faire passer pour des textes significatifs quelques fonds de tiroir ou, pire encore, des pages que l’auteur lui-même aurait préféré voir disparaître. En l’occurrence, c’est une œuvre à part entière, riche et surprenante, que les éditions du Chemin de fer nous permettent d’ajouter au...
Thierry Cecille
avril 2019
Le Matricule des Anges n°202

Auteurs chroniqués

Index alphabétique des auteurs

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

R